Tant que tu vis, tu peux gagner. [Terminée]

Nur-Menel

Forum RPG heroic-fantasy
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tant que tu vis, tu peux gagner. [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aegis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/08/2015

MessageSujet: Tant que tu vis, tu peux gagner. [Terminée]   Ven 7 Aoû - 12:43

Informations générales


Nom : Orpheline de guerre, une fois ses parents adoptif mort, elle a décidé d’abandonner leurs noms.
Prénom : Aegis
Age : 129 ans
Race : Shasla
Cité d'appartenance : Cil’Halliens
 
Armes possédées : Une grande hache en métal, un métal noir rare et résistant sans spécificité magique (possède les propriétés physiques des métaux).
Affinités possédées : Vie
Possession (bâtiment, navire, etc etc etc...) : Une salle d’entrainement qui lui sert aussi de logement.

 

Physique

Certains trouvent ce corps magnifique. Personnellement, je le maudis tout en appréciant la fragilité de celui-ci. La sensibilité de celui-ci fait que je ressens bien, voir trop bien, la douleur, mais rien de grave.
 
Je mesure 1m64 et mon corps fait envie à beaucoup de monde de par chez moi, ce tant qu’ils ne connaissent pas mon vrai visage. Lorsque vous me verrez, vous aurez l’impression de voir une ange déchue, ma peau d’un éclat clair, mon visage aux traits fins, mes longs cheveux d’une noirceur infinie, mes yeux dorées pouvant parfois sembler légèrement triste. Le tout s’accorde pour donner cette image frêle que beaucoup souhaitent protéger. Ce qui n'est pas déplaisant, mais dont je n’ai absolument pas besoin.
 
Mon corps dont la poitrine fait baver beaucoup d’homme est en fait très entrainé et endurci par la guerre. Ainsi, des muscles fins mais efficaces entourent mes os, du moins ceux de mes membres. La raison est simple : les muscles se formes à cause, ou grâce aux soins suite aux traumatismes que ceux-ci subissent... Mes capacités se centrant sur la régénération, je vous laisse deviner de quoi la guerre s'est chargée. Mes formes restent idéales : bras fins, jambes pas trop fines, poitrines et hanches larges et tailles fines.
 
Je porte de manière générale des vêtements blancs, la raison est simple : ceux-ci me sied. Habituellement, vous me verrez porter une robe au design assez spécifique, celle-ci révélant mon décolleté, mes épaules et mes hanches par les ouvertures pour que mes ailes soient libres. De grandes ailes noires dont notre peuple est si fier et dont la base se trouve dans le bas de mon dos. Je porte habituellement des gants et un collier en or ressemblant à une toile d’araignée. Vous me verrez avec des cornes : celles-ci ne sont qu’un memento fait d’os : un serre-tête auquel je tiens et que je n’enlève que pour me laver ou pour dormir.
 
Lorsque je participe à un combat, je porte habituellement une armure noire, ce, si j’ai l’occasion de me préparer. Cette armure provient du même métal que mon arme et couvre entièrement mon corps et mon visage. Des emplacements ont été ajoutés pour y accrocher les cornes.
 

 

Mental

Comme je vous l’ai expliqué, les personnes qui me voient me prennent généralement pour une femme faible et frêle qu’ils doivent protéger. Ce jusqu’au moment où ils commencent à me connaitre. Je n’apprécie pas ce corps faible parce que je suis une adepte du combat, mais il ne s’agit que du corps. J’utilise ma magie pour palier à ce problème.
 
Mais si ce n’était que cela qui était capable de faire fuir les autres. Tant que vous êtes mes alliés tout ira bien pour vous, mais lorsque des vies entrent en jeu, je deviens assoiffée de sang, que ça soit pour les protéger ou les exterminer. Suffisamment pour que je prenne le refus de combattre pour une trahison. Sadique doublée de masochiste, je n’ai l’impression d’être en vie que lorsque je combats. Donner de la douleur et souffrir… L’extase.
 
Lorsque vous me rencontrerez sous d’autres conditions, vous pourrez faire face à mon caractère doux, hors des combats, j’ai l’impression de ne pas être la même, de ne pas avoir cette surpuissance, cette énergie. Aussi, je suis calme et gentille… Envers les enfants et les personnes normales.
 
Il n’y a qu’une chose qui m’intéresse autant que les combats : l’amour. La moindre personne qui m’intéresse peut donc devenir la cible de mes attaques pleines d’amour, homme et femme. Hum ? Que choisir si je devais combattre une personne aimée ? Hahaha quelle question… Je serais capable de tuer par amour, il ne m’est donc pas difficile de choisir de tuer la personne que j’aime parce qu’elle m’a trahi…
 
Œil pour œil, dent pour dent, soyez bons et je le serais pour vous, soyez mauvais et... Je suis de très mauvaise foi, ce qu’il compte dans un combat, c’est gagner, ce qui compte dans la vie, c’est vivre. Je ne mange pas, du moment où je n’en ai pas besoin, mais lorsque le besoin se fait sentir, que vous soyez une bête où un être scient, si je dois vous dévorer, je le ferais.
 

 

Histoire

Il y a 129 ans, je suis née. Ma famille était une famille noble, faisant partit intégrante de l’effort de guerre, car c’est sur les cadavres de nos ancêtres que notre statuts est devenu ce qu’il était.  Ou plutôt que née, j’ai été adoptée. Mes véritables parents étant morts avant que je n’atteigne l’âge de raison.
 
La véritable raison de cette adoption était en vérité on ne peut plus simple : j’allais devenir le prochain sacrifice de guerre. Pour que cette famille puisse continuer de prospéré, pour que je sois au front tandis que mon frère et ma sœur soient en sécurité. Ainsi, pendant ma vie, je m’occupais uniquement de mes études, éducation, entrainement physique et magique. On m’entrainait pour que je devienne une arme sur le front, mais mes compétences me reléguèrent aux troupes de soins.
 
Ma vie qui était déjà misérable aux yeux de ma famille s’empira alors lorsque mon frère dû rejoindre l’armée pour redoré le blason familial. Je ne savais pas à l’époque qu’il s’agissait là de mon rôle, mais on m’apprit rapidement des sorts à but défensif afin de protéger mon frère, de me sacrifier si cela était nécessaire. La théorie derrière les magies que l’on m’apprenait étaient simple : maintenir une vie quoiqu’il en coûte, aussi, tant que je n’avais pas à sauver mon frère, je survivais purement et simplement à toutes mes batailles.
 
Pour résumer ma vie, mon éducation jusqu’à l’âge adulte fût digne de la noblesse dans laquelle j’étais, je respectais ma famille et la vie des êtres vivants. Le changement fût brusque lorsque je rejoignis l’armée, probablement trop pour ma pauvre personne. J’avais l’impression de devenir folle en voyant tous les blessés que l’on m’emmenait lors des campagnes…
 
Lorsque mon frère atteignait l’âge adulte et rejoint l’armée, il fît de moi son bouclier car j’étais adoptée. Je le savais depuis longtemps et je respectais mes parents pour l’avoir fait. J’étais donc prête à mourir pour eux et donc pour leurs fils, mon frère. Il dépassait bien souvent les limites me traitant comme un vulgaire objet, mais je tenais bon…
 
C’est durant cette période que je participais à ma première bataille hors des rangs des médecins. La première fois que je fus blessée, la première fois que je tuais… Je découvrais donc cette sensation, comme si ma vie jusque-là n’était qu’un mensonge… L’adrénaline qui montait en moi me fît comprendre que j’adorais ça, j’adorais combattre ! L’odeur du sang, mes muscles qui criaient ! C’est après cette bataille que je me mis à m’entrainer sérieusement pour la guerre... Un entrainement des plus violent, les autres recrues me prenaient pour une folle... Mais aujourd'hui, ce ne sont pas eux qui sont là pour contre leurs histoires.

 
Survivant à de nombreuses batailles, je montais en grade, impitoyable, je tuais sans hésitation, menant souvent des opérations dangereuse, me faisant passer pour une femme en détresse au milieu de ces champs de batailles… Je me fis plusieurs fois capturée et torturée… Mais j’en revenais à chaque fois vivante, allant jusqu’à me briser mon propre corps afin de fuir, amputée ou les os brisées, allant jusqu'à cacher des lames dans ma chair, ce pour me détacher, me défaire de mes liens, combattre... Je fuyais donc, emmenant les parties de mon corps qui n’y étaient plus attachées pour les rattacher plus tard... Ils auraient dû briser mon esprit, mais ils ne réussirent qu’à me nourrir, moi et mon envie de violence….
 
J’ai vécu des expériences, toutes plus horribles les unes que les autres, j’étais devenu folle, mais qui ne devenais pas comme cela durant la guerre ? Il arriva un jour, peu de temps avant le cataclysme, où j’en étais arrivée à tuer ma famille adoptive… La famille entière, décimée par la hache noire qui faisait partie des trésors de la famille. Comment en étais-je arrivée à là ? Je ne sais plus si j’en avais reçu l’ordre, si je l’avais fait de mon plein gré, peut-être même avais-je été manipulée.
 
A ce moment-là que leurs méfaits furent découverts. Cachée par la guerre, cette famille avait pu agir dans l’ombre et utiliser de nombreux orphelins comme des outils à leur ascension. Non seulement ça, mais ils évinçaient aussi des familles alliées, dont mes parents biologiques à qui appartenaient cette même hache.

Ils furent porté disparus, l’enquête fût couverte comme une attaque ennemie par les partis belliqueux qui me couvraient, peut-être était-ce eux qui m'y avaient entrainé... Cela fit donc passer ma famille au stade de martyre de guerre, une raison de plus pour que celle-ci continue. Je me souviens les avoir tuées et avoir fait disparaitre toutes traces d’eux… Enfin, presque toutes.

 

Mon serre-tête en os est en fait fait de leurs os, ceux de mon père pour la corne de droite et ceux de ma mère pour celle de gauche. Une méthode artistique que j’ai inventé : j’utilisais  de quoi poncer et une magie pour reformer les os, forgeant l’accessoire pendant qu’ils étaient encore en vie, à partir d’os de leurs membres. Ainsi, je reformais certains os de manière à ce qu’en se reformant, ceux-ci "fusionnent", ils s'encastrent avec d’autres obtenant à leurs morts deux blocs d’ivoire humain… Ponçant et réfléchissant durant quelques mois pour savoir quelle forme j’allais donner à mon seul souvenir de cette famille qui m’avait élevée…

 
J’étais monté en grade et les troupes ennemies me considéraient désormais comme une grande générale, armée de cette hache et de son focus qui n’est plus. Ce qui m’inspira à créer des cornes pour mon image… C’était un surnom qui m’était donné sur le champ de bataille, quelque chose en rapport avec mon armure, ma hache et mes cheveux noirs... Et dû à ma résistance et ma force démoniaque. Je n’étais pas spécialement forte, je n’étais pas spécialement rapide, mais ma défense était une défense d’élite.

Ma seule puissance d'attaque résidait dans le focus de cette hache, focus permettant de trancher avec force les ennemies à distance… Focus qui avait une fonction cachée d’autodestruction que j’utilisais lors d’une de mes dernières batailles pour vaincre un général ennemi.

 
Je ne sais comment j’ai survécu au cataclysme… Etais-je vraiment aussi chanceuse que ça ? Sur l’île, j’étais perdue, plus aucune attache et mon peuple fût d’une manière ou d’une autre insulté… La guerre n’est pas finie, il est trop tôt pour nous déclarer perdants de celle-ci !
 
Malheureusement, en attendant de pouvoir attiser à nouveau ces flammes, j’ai erré, ce jusqu’à me retrouver à Cil’Hage, l’ambiance y était préférable aux autres lieux qui semblaient trop bon enfant à mon gout… J’y vivais tranquillement, j’y ai tué quelques personnes, que ce soit légalement pour la plupart ou illégalement pour certains. Comme il était simple de faire passer des personnes comme portées disparues en y réfléchissant un peu, mais rien de bien important. J’y ai établi une salle d’entrainement, devenir mage ? Non, il y avait un minimum requis pour mes disciples, mais on n’est au final qu’un petit groupe de belliqueux… Des personnes qui comme moi veulent la guerre…
 
Ce cataclysme n’était qu’une trêve et j’ai vraiment hâte que la guerre reprenne…
 

 

Hors Rp

Que pensez-vous du forum ? :
Depuis combien de temps vous faites du Rp ? : Probablement 5 ans… Avec une large pause de 4ans, on peut dire 1 ans.
Certification d'avoir plus de 16 ans : Je déclare sur l’honneur avoir 21 ans depuis le 22 juin.
Le mot de passe trouvé dans le réglement : Alors là je suis contre toute cette violence gratuite ! 

 
N'hésitez pas à me dire les améliorations que je peux apporter! je serais de retour le 15 aout normalement!

_________________


Dernière édition par Aegis le Dim 16 Aoû - 1:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyl'ma Oi'll

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: Tant que tu vis, tu peux gagner. [Terminée]   Mer 12 Aoû - 14:34

Salut salut !
Bienvenue à toi ho nouveau qui réjouis nos cœurs !
Pas d’bol a priori je suis la méchante et c’est moi qui m’occupe de ta pres ! ET du coup moi je vois quelques modifications pour ta présentation.

- J’aimerais que tu précises que le métal noir utilisé pour ta hache est un métal rare mais qu’il n’a aucune particularité spécifique.
- Pour tes corne, je n’ai pas de soucis sur le faite que cela soit un ornement posé sur ta tête mais, tu ne peux pas reformer des os sur un cadavre avec la magie de la vie, la magie de la vie est pour les êtres vivants d’où son nom. Mais tu peux simplement les tailler dans un os de la jambe et normalement ça suffit.
- Pour ce qui de la mort de tes parents adoptif, ça serait pas mal d’expliquer pourquoi il n’y a pas eu d’enquête sur toi car même si ils ont commis des crimes il reste leur meurtre à élucider.
- Tu te fais plusieurs fois capturer mais, à chaque fois tu t’échappes, certes, mais comment ?
- Je veux bien que tu tues des gens à Cil’Hage mais, en dehors des duels cela reste un crime.
- Pour le reste il y a quelques phrases à corriger :

• « je porte habituellement une armure noire, ce si j’ai l’occasion de me préparer. »  Le « ce » est en trop et une petite virgule après le « si » évitera de casser la lecture.
• « hors des combats, je n’ai l’impression de ne pas être la même » Ici tu fais une double négation, tu peux écrire « j’ai l’impression de ne pas être la même », ou « je n’ai pas l’impression d’être la même ».
• « mais lorsque le besoin se fait sentir, que vous soyez un bête où un être scient, » Je suppose que ici tu voulais mettre « une bête » et « un être conscient » ?
•  « Le changement fût brusque lorsque je rejoins l’armée » Problème de temps, le futur et le présent juste après ça marche pas.
• « ce jusqu’à me retrouver à Cil’Halliens, » Cil’Hallien, c’est le noms du peuple de la ville, un peu comme les Parisiens. La ville se nomme Cil’Hage.

Voilà voilà bon courage pour la correction ! Il reste des fautes mais je n’ai pas tous relevé, l’important c’est de comprendre le principe et après ça vient tout seul !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aegis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/08/2015

MessageSujet: Re: Tant que tu vis, tu peux gagner. [Terminée]   Dim 16 Aoû - 1:46

Merci de tes remarques ! (et d'avoir lu au passage)

Alors, pour faire simple, j'ai corrigé la plupart des fautes... Mais bon, comme certains crimes, certaines erreurs passent les filtres de mon attention... Enfin, j'espère pas.

Pour l'histoire d'être scient, il s'agit d'une ancienne façon de parler inutilisée de nos jours pour parler d'un être effectivement conscient, un être capable de réflexion. J'avais zappé de parler de duels justement, mais il y a aussi parfois où elle tuerais discrètement.

J'ai ajouté quelques précisions, comme elles sont nombreuses je ne vais pas les énumérés. (désolé)

Je vais préciser ici (j'y ajouterais si tu estimes que c'est mieux d'y mettre dans l'histoire) comment en gros elle a fait pour les cornes : en gros, elle a maintenus ses parents en vie, brisant les os, puis les faisant repousser, tel un arbres, elle les fit repousser les uns dans les autres. Résultat : les os s’emboitent de manière à ce qu'ils ne puissent être détaché sauf en les brisants. (un procédé utilisé en architecture) Par exemple en creusant des petits trou dans l'os brisé avant de faire repousser l'autre par dessus, celui-ci devrait prendre forme autour de l'os, comblant les petits trous. Ainsi, si les trous sont opposé, il faudrait donc scinder l'os pour le détacher.

Voilà, c'est trashouille, mais magique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyl'ma Oi'll

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: Tant que tu vis, tu peux gagner. [Terminée]   Lun 17 Aoû - 2:25

Pas de soucis !
Pour les fautes tant que tu as compris l'essentiel c'est bon, après on en fait tous faut juste penser à faire attention.

Je ne savais pas pour "scient" je note c'est intéressant à savoir !

Yep mais même a Cil'hage du coup il peut y avoir enquête pour meurtre y'a un minimum de lois ^_^, pour tuer comme tu veux faut aller à Rio'Las mais même las bas, tu risque de te prendre quelqu'un d'autre dans la figure ^_^.

Bon effectivement, le procédé, j'ai vomi...... C'est noté et donc accepté !

Tu es maintenant validé, je t'invite à faire ta fiche de personnage pour répertorier technique et possession et rp après !

Rebienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tant que tu vis, tu peux gagner. [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tant que tu vis, tu peux gagner. [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Difficile d'appeler au secours, Quand tant de drames nous oppressent. [Livre I - Terminé]
» Peux-tu m'apprendre à jouer comme toi? PV Alexandra Wayland-Terminé
» Tu peux me traiter, me rabaisser, me critiquer, me salir, mais tant que je ne te ressemble pas, moi, ça me va. ~ Hanako.
» Tu ne peux pas forcer les gens à t'aimer, mais tu peux les forcer à te craindre. [Terminé]
» [Terminé] Sociabiliser ? J' peux pas, j'ai poney

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nur-Menel :: Partie Administration :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: