Instinct maternel.

Nur-Menel

Forum RPG heroic-fantasy
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Instinct maternel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aegis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/08/2015

MessageSujet: Instinct maternel.   Mer 2 Sep - 10:12

Lors de mes voyages, je voyageais généralement en portant mon armure plutôt que ma robe. La raison était plutôt simple : mes anciennes affaires, mon armure et ma hache, étaient mes affaires les plus précieuses. Aussi, il était plus simple de laisser ma robe dans un sac avec mon argent et mes autres affaires, que de transporter l’armure par un autre moyen. Cela faisait quelques années que j’étais installée à Cil’Hage, mais les affaires m’avaient, à ce moment-là, appelée à Nh’Agtrael.

Je n’étais pas spécialement dans le besoin, mais je n’avais pas le luxe de refuser du travail : je vivais tranquillement à Cil’Hage, mais je n’avais que peu d’élève… La raison était on ne peut plus simple : je n’enseignais généralement pas la magie et mon style de combat n’attirait pas les nouvelles générations… Même si j’estimais que j’entrainais bien mes élèves.

Si je devais définir les capacités au combat d’une personne, je la séparerais en trois : la vitesse, l’attaque et la défense. Sous ces conditions, ma défense est supérieure à la plupart des adversaires à qui j’avais fait face, mon attaque était moyenne et j’étais lente dans mon style de combat normal. Sans mon armure, mes statistiques s’équilibraient, mais c’est tout… Les jeunes recherchent actuellement la vitesse plus qu’autre chose et préfèrent généralement abandonner la défense au profit de cette statistique. Certes ils esquivent mieux… Mais contre des attaques rapides et puissantes, ils tomberaient comme des insectes.

Ils cherchaient à gagner quitte à prendre des risques et je trouvais cela ridicule. Ils n’avaient probablement pas assez d’expérience pour comprendre qu’en survivant, il était toujours possible de revenir avec plus de puissance.

J’avais donc été engagée par une femme qui voulait que j’entraine son fils. La paie était plutôt bonne, mais je ne me fiais pas à ça. Je ne faisais absolument aucune discrimination, si l’élève voulait devenir plus fort, j’acceptais, homme, femme, enfant, esclave, criminel… Quel que soit leurs races. Par contre, si le jeune homme en question n’était pas motivé, alors ce voyage n’aura été que pertes sèche. Je refuserais de l’entrainer et par la même occasion, le paiement…

Mon apparence n’était pas des moindres et ne passait pas inaperçu : une shasla en armure noire armée d’un hache de guerre un sac accroché à celle-ci… J’entendais des murmures dans les rues de Nh’Agtrael, me dirigeant carte à la main vers l’adresse de mon employeur. Dans les rues, je me disais que mes normes en matière d’architecture étaient inexistantes… En voyant les demeures de riches, je n’y voyais pas de réelle valeur… Après tout, les seuls biens matériels auxquels j’étais attaché étaient des équipements de combat…

Je trouvais donc l’adresse du domicile de la femme qui voulait m’employer. J’enlevais mon casque, enlevant les cornes de celui-ci pour le ranger dans mon sac. De celui-ci, je sortais mon serre-tête noir, j’y accrochais solidement les cornes avant de placer proprement mon serre-tête dans mes cheveux. Souriant légèrement, je frappais à la porte. Lorsque l’on m’ouvrit la porte, je fis une simple révérence en souriant :


-Bonjour. Moi, Aegis, instructrice de la salle d’arme de l’égide, me présente à vous suite à la demande de la maitresse de votre maison. Enchantée de faire votre connaissance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Instinct maternel.   Mer 2 Sep - 13:12

J’étais dans ma chambre. Une pièce qui autrefois était toute en couleur et en joie. Aujourd’hui les rideaux défraichis qui encadraient la fenêtre dont la peinture s’écaillait étaient à l’image de toute la pièce : morne et triste. Depuis que le personnel avait été congédié, j’étais seul avec ma mère. Cette dernière ne sortait pas de sa chambre et était aussi émaciée et fatiguée, comme sa demeure. Je devais la nourrir, la laver, la changer seul. J’avais appris à faire et regrettais souvent de ne pas être capable de maitriser la magie de la vie. J’aurais pu au moins essayer de faire quelque chose au lieu de regarder médecins et guérisseurs en tout genre passer à son chevet, l’ausculter, et repartir en hochant la tête d’un air négatif. Ils encaissaient ensuite leur argent et ne revenaient pas. Le dernier à être venu fut le dernier étranger à entrer dans la maison qui avait maintenant des allures de fantômes. Et moi j’étais forcé de vivre avec. Je n’avais pas le droit de sortir et je ne le prenais pas non plus : je voulais protéger et surveiller ma mère. Être avec elle avant qu’elle ne disparaisse.

Pourtant j’aurais rêvé, Raerra en soit témoins, que malgré tout l’amour que je portais à ma génitrice, j’avais besoin de voir d’autres gens. Je regrettais amèrement les cours que nous avions à l’académie et parfois, lorsque je m’égarais, j’aspirais à revoir mes anciens camarades de classe. Nous n’avions jamais été proches mais j’avais besoin de voir des gens et de me dépenser plus qu’avec quelques exercices répétés des centaines de fois pour entretenir mes muscles. Je fis marcher ces derniers lorsque quelqu’un frappa à la porte. La résidence était grande mais elle était totalement vide et les sons se répercutaient et se propageaient douloureusement bien. J’entendais toutes les lamentations de ma mère, ses soupirs et ses souffrances. Comme si je devais avoir à vivre ses derniers instants avec elle, tout partager jusqu’au dernier moment.

Mais pour le moment, je ne voulais pas la réveiller, la laisser se reposer était important paraissait-il. C’est donc sur la pointe des pieds que je me dirigeais vers la porte. Emportant avec moi mes chausses que j’enfilais à mesure que je me rapprochais des deux immenses battants de bois taillé avec finesse. J’étais chaussée et présentable lorsque je les ouvris. Quelle ne fus pas ma surprise lorsque je trouvais, face à moi, une Shasla dont l’armure était aussi sombre que ses ailes et ces cheveux. Ces deniers étaient lâchés, simplement entourés par un serre-tête étonnamment blanc. Le tout encadrait un joli visage souriant de femme. Je m’attendais à ce que ce soit un quelconque colporteur ou diseur de bonne aventure mais cette dame était tout aussi étonnante que moi, homme trop frêle pour en être un et tellement négligé qu’il devait accrocher ses cheveux pour ne pas qu’ils le gênent. Ledit homme hésita à faire entrer la lady, aussi protégée soit-elle.

- Vous venez pour ?


J’en oubliais la politesse, cette femme était-elle là pour me donner des cours ? Ce serait trop beau.

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aegis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/08/2015

MessageSujet: Re: Instinct maternel.   Mer 2 Sep - 15:35

La personne qui m’ouvra la porte se trouva être une… Jeune fille rousse. Je doutais légèrement. Son apparence hermaphrodite pouvait me faire croire qu’il s’agissait d’un homme efféminé, mais en voyant les courbes de ses hanches sous ses vêtements, je préférais opter pour une fille. Je me demandais alors s’il s’agissait là d’une servante ou bien de la fille de ma cliente. Je n’avais jamais eus cette cliente en face à face, ce qui instilla un léger doute en ma personne, mais ce travail fût recommandé par un client de confiance, aussi, j’ai pris le risque de venir jusqu’ici…

Essayant de garder une expression douce malgré mon apparence, je laissais mes yeux dériver deçà et delà. Hormis l’accueil, l’endroit semblait légèrement négliger comparé aux maisons alentours et le son de ma voix résonnait légèrement dans le hall d’entrée. Aucun autre sons ne provenaient de l’intérieur, alors il était très probable qu’il n’y avait que peu de personnes dans cette demeure. Peut-être étaient-ils sortit. Je repris alors simplement la parole :


- Excusez mon impolitesse et ma tenue. Disais-je en baissant légèrement la tête. Peut-être aurait-il été préférable que je prenne le temps de me changer complètement avant de venir. Repris-je en redirigeant mon regard dans les yeux de mon interlocutrice, lui donnant un léger sourire. J’ai été demandée afin de servir en tant que partenaire d’entrainement pour le fils de madame Erh’la, corrigez-moi si je me trompe. J’attrapais mon sac, sortant une lettre de celle-ci. Je suis donc venue afin de voir s’il m’est possible d’accéder à cette demande. Puis-je rencontrer la maitresse de cette maison ou le jeune homme concerné ? Demandais-je aussi poliment que possible en accrochant à nouveau mon sac sur ma hache.

Tendant la lettre, je gardais alors cette douce expression que j’avais habituellement, les yeux légèrement clos et un sourire doux sur le visage. Je n’étais pas sûre de l’effet que cela aurait en portant cette armure, mais cette attitude était habituellement appréciée lorsque j’étais habillée plus confortablement.

Je ne savais pas si elle avait écrit la lettre d'elle même ou non, mais il y était attesté que je recevrais paiement suite à l'entrainement. Il n'était pas rare que d'autres personnes me recommande aux moins connaisseurs, dans ces conditions, la demande est généralement envoyée par la personne me recommandant à son client ou ami. Je commençais alors à réfléchir à quel genre d'entrainement siérait l'éventuel élève.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Instinct maternel.   Dim 6 Sep - 10:44

Les explications de cette femme semblaient aussi tarabiscotées que son style vestimentaire. Pourquoi diantre ma mère souhaiterait que j’aie des cours de combat alors qu’elle avait tantôt renvoyé toute la maisonnée ? Je ne pouvais le savoir mais les faits semblaient là, devant moi, et en armure noire qui plus est.

Je pris la lettre qu’elle me tendait pour la parcourir particulièrement. Elle était bourrée de fautes et les lettres douloureusement tracées ne pouvaient qu’appartenir à Lizzie, une ancienne servante de ma mère. Cette dernière était chargée de s’occuper de son courrier lorsqu’elle n’était pas en état de le faire elle-même. Cette lettre avait dû lui être dictée. Je reconnaissais certaines des formulations qu’utilisait ma génitrice lorsqu’elle parlait. Pauvre mère. Je la remerciais intérieurement. Sous mon visage impassible j’étais surexcité de pouvoir de nouveau m’entrainer avec quelqu’un de mon niveau. Voire même surement meilleur que moi. Après tout cela faisait un certain temps que je n’avais pas pratiqué contre autre chose que des mannequins en bois, trop longtemps même.

J’effectuais une révérence toute masculine et me présentais :

- Bonjour professeur. Je suis Romain Erh’La. C’est à moi que vous allez donner des cours. Veuillez me suivre s’il vous plait.


Sans plus de cérémonie je l’entrainais vers les jardins. Je fermais la porte derrière moi pour longer la bâtisse. Je remarquais que les murs étaient de plus en plus décrépis. Bientôt elle ressemblerait à un endroit abandonné. Il ne manquerait plus que quelques spectres et un ou deux Flawe et nous habiterions dans une maison hantée. C’est avec un pincement de cœur que je constatais au fil de mes pas les dégradations de la maison de mon enfance. Nous traversâmes ce qui était autrefois un jardin aux couleurs joyeuses qui maintenant était une forêt à l’air aussi touffu que celle d'Ijiorel. Nous arrivâmes bientôt dans l’espace d’entrainement.

Autrefois ce dernier était plat, le sol était recouvert d’une légère couche de sable que les serviteurs s’empressaient d’égaliser avant que je prenne mes cours de combat, tir à l’arc, équitation,… Aujourd’hui la nature avait repris ses droits dessus et les herbes vivaces avaient recouvert cet espace. Il était toujours aussi plat si l’on oubliait les quelques buissons qui avaient vu le jour depuis la dernière fois que j’étais venue m’entrainer ici.

- Vous pouvez poser vos affaires, nous allons pouvoir nous entrainer ici. Je reviens, je vais chercher de l’eau.


Je filais dans le jardin, longeant les fenêtres presque opaques car trop peu nettoyées, les pierres s’effritant à cause de l’usure, des intempéries et du manque d’entretien. Je passais devant la chambre de ma mère et me collais aux carreaux pour vérifier si elle dormait. Elle avait l’air paisible, posée comme ça, sous les couvertures. De là où elle était, elle ne nous entendrait pas. Tant mieux. Je continuais donc ma route, enjambais quelques bosquets en pleine formation pour aller chercher de l’eau au puis. Je revins ensuite avec le seau, ce n’était pas une façon de recevoir les gens mais je n’avais pas d’autres moyens, je ne savais pas servir les gens comme tous les domestiques que nous avions autrefois. Une fois arrivé sur notre lieu d’entrainement je posais mon seau remplis, soufflait un coup avant de demander :

- Comment allons-nous travailler ?
HRp:
 

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aegis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/08/2015

MessageSujet: Re: Instinct maternel.   Lun 7 Sep - 6:15

Elle se présenta comme Romain Ehr’La, mon pari de départ était donc complètement erroné, il s’agissait d’un homme et du fils en question. Je n’avais pas de problème spécifique quant à cette situation, mais j’étais tout de même heureuse de ne pas avoir mentionnée quoique ce soit concernant le sexe de mon interlocuteur ou la possibilité qu’il fût une servante, de tout façon, l’apparence comptait peu. La seule chose qui allait compter était sa volonté de devenir plus fort.

Je le suivais donc à l’extérieur du bâtiment, ne me souciant de ce qu’il pouvait observer, je me contentais d’imaginer quel genre d’endroit nous servirait de terrain d’entrainement si celui-ci était en extérieur. Le plus probable aurait été un terrain de sable plat et durcit par les nombreux passages sur celui-ci. Je m’étais encore une fois trompée, sans que cela ne gêne en quoique ce soit. Si il y avait peu de passage sur celui-ci, peut-être que le jeune homme ne s’entrainait que peu, mais si il désirait à présent devenir plus fort… Je l’aiderais.

L’apprentissage est assez limité en une journée. Ou du moins, sans un entrainement constant, cela serait inutile et je ne pouvais pas rester éternellement dans cette ville. Le regard des quelques personnes de ce quartier étaient méprisant et méprisable. Probablement de par mes origines de Shasla.

Il me laissa un moment seule afin d’aller prendre de l’eau. Je ne m’attendais pas à un bon accueil de par mes origines, mais à ce point-là ? Etait-ce parce qu’il était l’héritier ? Qu’il me voyait comme une étrangeté ? Tant pis. Je regardais rapidement autour de moi, plantant ma hache dans le sol avant de commencer à me changer. Je retirais rapidement mon armure pour la poser dans l’herbe qui avait poussé par endroit, afin d’éviter de salir mon armure avec le sable et la poussière autant que possible.
Sous celle-ci, je portais simplement une chemise et un pantalon en toile. J’avais légèrement transpirée durant le voyage, aussi, je changeais simplement et rapidement ma chemise avec une de mon sac, cachant ma poitrine à l’aide de mes ailes.

Une fois le changement terminé, le jeune garçon revint avec un sceau d’eau, sans surprise de ma part. En posant le sceau, il souffla un coup avant de me poser une question simple à laquelle j’avais déjà pensée.


-Le plus simple serait que vous veniez me faire face à pleine puissance, afin que je puisse évaluer vos compétences, dans ces conditions des armes d’entrainements seraient idéales, malheureusement, je n’en ai pas emporté. Mais avant ça, je vais tester quelque chose d’assez simple : attrapez.

Je sortais ma hache du sol avant de lui lancer à l’horizontale. Si il ne l’attrapait pas, le choc le blesserait probablement légèrement, rien de grave, mais il y a quand même une limite aux personnes que j’accepte. La hache n’allait pas bien vite vers lui aussi, si son temps de réaction était trop faible, il ne passerait pas, mais ce n’était pas tout, si il ne pouvait soulever la vingtaine de kilogrammes de l’armes, il serait aussi hors course. Bien entendu, il n’attraperait pas seulement la vingtaine de kilo, mais aussi la vitesse de l’objet, ce à bout de bras. En même temps je reprenais la parole :

-Je veux simplement voir si vous atteignez un minimum requis, si vous réussissez, j’aimerais savoir ce que vous souhaitez de cet entrainement ? Est-ce simplement maintenir vos connaissances du combat ou souhaitez-vous devenir plus fort ?

HRp:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Instinct maternel.   Lun 14 Sep - 19:55

Elle s’était changée. Des vêtements de toile remplaçaient son armure qui était maintenant posée au sol, près de sa hache. Elle faisait plus féminine mais sans pour autant perdre sa prestance de professeur. Elle m’expliqua ce qu’elle attendait de moi avant d’attraper sa hache et me l’envoyer au visage. Moi qui avais commencé à me mettre en tête d’aller chercher mes dagues fut pris au dépourvu. J’eu un instant d’hésitation Un instant un peu trop long d’ailleurs

Je rattrapais in extrémis l’arme, me servant de mes ailes pour amortir la vitesse et donc évitais de tomber à coup sûr au sol devant mon professeur. Je m’étais quelque peu coupée les mains et ces dernières saignaient sur le manche de la hache en métal noir. Etrange métal d’ailleurs, je n’en avais jamais vu auparavant. Mais là n’était pas la question, il ne fallait pas que je montre la position de faiblesse dans laquelle j’étais. C’est donc sans hésitation et avec le moins de latence possible que je me jetais sur elle. Elle était visiblement désarmée, son vêtement aurait, pour moi, laissé entrevoir une arme si elle en avait porté une.

Je parcourais rapidement les quelques mètres qui nous séparaient, tenant gauchement la hache qu’elle m’avait donné. Je n’avais jamais aimé les haches, c’était bien trop lourd pour moi qui aimait tant les armes discrètes comme les dagues. Mais je laissais ces détails de côté pour m’arrêter devant elle, me servant de mes ailes pour pivoter autour de mon adversaire professeur et lui donner un coup de lame de haut vers le bas dans le dos.
HRp:
 

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aegis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/08/2015

MessageSujet: Re: Instinct maternel.   Mer 16 Sep - 13:34

Je m’attendais à ce qu’il hésite, ne serait-ce qu’un peu en recevant la hache dans les mains. Ses mouvements étaient bien exécuté, légèrement maladroit, mais il ne pouvait probablement pas évaluer le poids de l’arme en l’ayant simplement vu, de plus, tout comme moi, il ne semblait pas du genre à utiliser ce genre d’arme. De plus l’utilisation de ses ailes était rapide et réfléchie. Je souriais en voyant cela, mes élèves étaient loin d’être aussi subtile dans leurs mouvements, n’utilisant que rarement leurs ailes.

- Bien bien.

Je ne prenais pas la peine de me retourner alors que le jeune Romain passait derrière moi. Il s’agissait là de mon arme favorite, je connaissais pratiquement par cœur les multitudes d’attaques possibles, mais surtout qu’il ne fallait pas la sous-estimer. Poussant l’air avec mes ailes, je fis un pas en avant de 3 mètres avant de me retourner. J’étais dès lors hors de portée et ne me retournais que pour être certaine qu’il ne lance pas la hache.

- Je vois que vous n’avez pas hésitez un instant, laissez-moi donc conclure que nous pouvons commencer l’échauffement. Malheureusement, je ne peux vous garantir l’état dans lequel vous terminerez, j’espère que cela vous sied.


Pour ce genre d’entrainement, je n’avais pas besoin d’arme, une femme avait certains privilèges que les hommes refusaient : mes ongles étaient suffisant pour trancher quelques vêtements et de la peau. A force d’être brisé, ceux-ci s’étaient renforcés suffisamment pour cela. Je repliais donc au maximum mes ailes. J’allais tester le jeune Romain en lui montrant que les ailes sont utiles, mais de nombreux combattants sont capable de combattre sans, comme mes élèves qui n’utilisaient presque jamais leurs ailes, pour ceux qui en possédaient.

Il relevait la hache après son coup, mon sang commençait à s’échauffer, mais pour le moment, je devais me retenir, il ne s’agissait que d’un entrainement et je devais à tout prix éviter de le tuer. Certes, je pouvais essayer de soigner le jeune homme après le combat, mais il s’agissait là de quelque chose que je voulais absolument éviter : en soignant les muscles, ceux-ci perdent "l’expérience" acquise : le procédé est plutôt simple, c’est en guérissant naturellement que le corps se renforce, le corps se rendant compte que le milieu dans lequel il se trouvait était dangereux cherche à évoluer en conséquence. Se faire soigner revient à se retrouver dans les bras de sa mère, en sécurité, empêchant cette même évolution.

Je fonçais donc vers le jeune homme. Afin de voir ce qu’il allait faire avec le handicap qu’était son arme, j’allais lui donner de nombreux coup, rapidement. Coup de poing gauche dans le flanc, coupure sur l’épaule droite, coup de pied en visant ses genoux. Je prenais la parole en attaquant :


- Ne vous inquiétez pas, je suis une spécialiste en magie de vie, vous ne mourrez probablement pas, mais il est préférable de ne pas se soigner après un entrainement afin que les muscles se développent suite au stress qu’ils ont subi, aussi, même si il n’y a pas vraiment d’échec lors d’entrainement, si je devais venir à vous soigner à la fin de celui-ci… Cela signifierait que vous avez échoué.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Instinct maternel.   Sam 26 Sep - 22:27

La lame allait toucher ! J’hésitais un instant à arrêter ou au moins ralentir pour minimiser les dégâts. L’idée eu le temps de m’effleurer l’esprit mais mes muscles ne purent faire quoi que ce soit, mon adversaire avait disparu de mon champ de vision. Il se trouvait quelques mètres plus loin lorsque son arme s’enfonça dans la terre meuble. Je dévisageais mon professeur. Comment avait-elle fait ça ? J’avais été plus ou moins repoussé par de l’air. Soit cette Shasla possédait la magie de l’air soit elle n’en avait pas eu besoin et savait se servir de ses ailes. Jamais il ne me serait venu à l’idée de faire ce genre de mouvements. C’était vraiment intelligent. Je me redressais pour récupérer l’arme plantée dans le sol tout en écoutant la femme en face de moi. J’étais heureux de commencer à vraiment m'entraîner.

Je sortis enfin la lourde hache de sa prison de terre et de graviers pour voir la femme me foncer dessus, elle n’avait pas d’armes mais n’en avait pas besoin pour paraître menaçante, toute griffes dehors. Je résistais à l’envie de la fuir à toute jambe, ce n’était pas ce qu’on m’avait appris à l’école militaire. Au contraire, je plantais fermement mes pieds dans le sol et me préparais à encaisser les chocs et à riposter. Mal m’en pris. Lorsqu’elle vint sur moi elle était bien trop rapide. L’arme que j’avais entre les mains aurait pu me servir à me protéger si j’avais su la manier. Mais dans le cas présent elle était trop lourde et m’encombrais plus qu’autre chose. Je tentais de la manier pour parer les coups tandis que mon professeur m’expliquait que je ne devrais normalement pas mourir. Jamais aucun enseignant ne m’avait dit ce genre de choses et les frissons de peur me traversèrent, me rendant encore plus lente. J’encaissais totalement le dernier coup qu’elle me donna, me plant en deux.

Je posais ma hache au sol pour reprendre mon souffle. Ses coups étaient secs, rapides et précis. Elle savait exactement comment s’y prendre tandis que moi avec mon arme je me fatiguais plus que nécessaire. Pourtant il me fallait faire abstraction de la peur que m’inspirait cette femme. Je soufflais un coup avant de repartir à l’attaque, hache levée, prête à lui rentrer dedans. Si elle avait la capacité de me soigner au moins que je tente le plus de choses possible.
HRp:
 

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aegis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 07/08/2015

MessageSujet: Re: Instinct maternel.   Lun 5 Oct - 19:34

Plus je voyais ses mouvements, plus quelque chose me tracassait… Certains enfants de bonne famille étaient, certes, entrainé à l’escrime, mais lorsqu’ils me voyaient les attaquer aussi agressivement, ils avaient tendances à fuir plus qu’autre chose. Fuir était un grand mot, il s’agissait peut-être d’esquive… Mais leurs mouvements légèrement maladroits me donnaient l’impression de fuir. Celui-là était soit un fou ayant compris qu’il ne risquait rien, soit il avait décidé d’essayer quelque chose… Mais je ne mettais toujours pas le doigt sur mon problème.

Ce n’était d’ailleurs pas tout… Le jeune Romain était assez remarquable dans le fait qu’il ne faisait pas de remarques à propos de ma manière "sale" de combattre. Beaucoup m’avaient fait la remarque, qu’un escrimeur de ce nom devait se battre avec son arme et avec grâce… J’ai eu divers problèmes lorsque j’attrapais leurs visages, forçant leur paupière ouverte pour cracher dans leur œil.

Combattre avec grâce, quelle blague. Tous les coups sont permis dans les vrais combats ! Bien entendu utiliser une lame était la méthode la plus efficace d’en finir rapidement, mais les coups de pieds, les coups sous la ceinture, cracher à la gueule de l’adversaire, griffer, tirer les cheveux et j’en passe… S’ils estimaient ces coups comme sale, alors j’étais bien pire que ça…

Je m’étais énervée toute seule alors que le jeune Romain revenais à la charge.


-Vous êtes plein d’ouverture, mais cela n’est pas un problème, vous êtes encore jeune et le temps peut encore vous attendre ! Disais-je en essayant d’esquiver aussi précisément que possible. Malheureusement, les vêtements en tissus suivaient moindrement les mouvements du corps, résultant en certaines parties se faisant déchirer par la lame, notamment les manches. Mais quelque chose me gêne dans vos mouvements… Je comprends le problème d’utiliser une arme différente…. Mais il y a quelque chose…

Comme pour confirmer mon doute, je donnais un coup d’ongles visant à déchirer les tissus de ses vêtements, sous son aisselle, prêt de la poitrine… Mon coup toucha le tissu, mais contrairement à une lame, mes ongles étaient moins solide et tranchant, aussi, ils accrochèrent légèrement sans réussir à couper le tissu, ou plutôt, pas suffisamment pour révéler mes doutes…

-Je vais vous dire, tant que vous survivrez à vos combats, vous pourrez vous améliorer. Il y a des limites à ce que je peux vous apprendre en peu de temps, aussi, l’essentiel est de survivre, il n’y a pas de honte à fuir, à tromper, utiliser des coups bas ou autre… Ce qui compte, c’est d’apprendre.

Je m’éloignais après ma tentative ratée pour poser une question simple :

-Je m’excuse de mon impolitesse, mais j’aimerais vous poser une question : Romain, êtes-vous une jeune femme ? Disais-je d’un air, peut-être légèrement inquiète.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Instinct maternel.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Instinct maternel.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Overdose de bonbons et d'amour maternel
» Primrose † Home isn't a place, it's a feeling
» Il y eut de l'espoir, et puis plus rien + Rodolphus L.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nur-Menel :: Partie RP :: Chaîne de montagne Al'ritua :: Partie Centre :: Nh'Agtrael :: Partie Nord-
Sauter vers: