Juha Fafu'lug

Nur-Menel

Forum RPG heroic-fantasy
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Juha Fafu'lug

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juha

avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 01/09/2015
Age : 27

MessageSujet: Juha Fafu'lug   Mer 2 Sep - 12:46

Informations générales


Nom : Fafu'lug.
Prénom : Juha.
Age : 85 ans.
Race : Liv.
Cité d'appartenance : Lor'fiuj.
Métier : soldat, messager, barbier.

Armes possédées : un arc long à très longue portée, une hallebarde, une hache de lancé, une plus grosse à tranchant simple. Rien que ça, mais y'a de la place dans la penderie.
Affinités possédées : //
Possession (bâtiment, navire, etc etc etc...) : une petite baraque dans les quartiers des soldats de Lor'fiuj.


Physique

Un tas de poil, c'est ce qu'ils disent qu'on est, que j'suis. J'm'en fous. C'est pas donné à tout le monde d'être un Liv, un fils du dieu machin, là, et surtout, ah ! Surtout, un enfant solaire, un maître du désert. Tiens, regarde : yeux glacés, pelage de fauve, barbe de sage, peintures de guerre, massif ; est-ce que j'ai pas l'air d'être tout droit sorti d'un iceberg ? Eh, j'en suis la preuve vivante, Miga est qu'une grosse catin !


Et j'ai même pas peur de l'dire !


Quoi, quoi, relève la tête, mon gars ! C'est pas parce qu'on a des muscles qu'on va s'en servir ! J'sais bien ce que tu regardes comme ça. Là, tout au fond de ma paume, ma cicatrice. Tu sais que c'est par là que je pourrais te manger ton feu jusqu'à la dernière goutte de vie, eh ? Arh, arh ! Dire qu'il y en a pour se la caler derrière la tête ou sur la fesse droite ! Les cons. Oh, les cons... hein ? Non, jamais de gants. C'est un coup à oublier où ça se trouve. Non, juste faire attention. C'est important ça, l'attention, tu vois ?


Eh, regarde. J'peux pas être bien méchant. Est-ce que j'ai fait la tronche une seule fois depuis que t'es arrivé ? Aller, dis un truc. Patron, c'est ma tournée.


… quoi ? L'uniforme ? Oh, ça ! Ahah. Non, c'est que ces connards de Lorfiujiens qu'ont jugé bon de me caler dans la milice. Enfoirés de racistes. Mais j'suis pas en service, alors, voilà quoi...


… eh, pourquoi tu t'en vas ? C'est pas le casque en tête d'ours qui te fait peur quand même, compagnon ? Tu sais, je l'ai tué avant de le mettre ! Ouarf !



Mental

Eh ouais patron, c'est comme ça tu vois. A chaque fois que j'essaye de me faire un pote, il prend peur, il se barre. Pourtant, que j'suis gentil, hein ? Ouais, tu le sais toi, que j'suis gentil. Bon, d'accord, je te fous un peu de bordel dans la baraque, des fois, mais c'est pour éviter que tes clients s'encroutent ! Regarde, toute cette chantilly, cette politesse, ces petits mensonges que les gens diluent, ici. Une bonne bagarre de temps en temps, ça évacue la tension, ça préserve l'harmonie. Si, je te jure. Tu crois que c'est pourquoi que Rio'las, ça s'est pas encore effondré comme une grosse utopie mal foutue ? Les gens, tous les gens – oui, oui, tire pas cette tête, je parle aussi des Nagas – ils ont besoin de sentir leur cœur battre pour se souvenir qu'ils sont vivants.


J'aime bien mettre la ouache. Le comble pour un représentant de l'ordre, que tu dis ? Ouaip, mais dis toi aussi que j'en serais pas là si on m'avait pas chassé de Cil'Hage à grand renfort de coups de pied dans le cul. Et j'peux te dire que les coups de pied du Pouchitoo, ce sont pas des caresses de Nag... de Kelpi. Héhé. Faut l'comprendre. Tous les deux, la grande guerre, on y était. Moi, j'étais tout marmot, dans son ombre, mais je m'y sentais aussi bien que lui. T'imagines : t'es un géant, couvert de peaux de bêtes et de pièces d'armure, une grosse épée bâtarde dans les mains, tu sens que la foule s'écarte devant toi comme un grand rideau ; puis tu sens que t'es vivant, c'est fraternel, la guerre, on sent tous qu'on est vivant, parce qu'on peut mourir à chaque instant. T'as tout, dans la guerre : du danger, du défi, de l'effort, la nécessité de rester concentré tout en étant assez détendu pour tenir le rythme ! Ouais, la guerre, on dira ce qu'on voudra, mais la guerre, c'est les battements de cœur de la nature !


Tu captes pourquoi il m'a chassé, hein ? Il m'aimait bien, le Pouchitoo. J'suis son petit fils, quand même. Il m'aimait bien, mais moi, j'me suis jamais résigné à la vie des grandes villes. J'sais pas, comment te dire... ça manque de panache. Tout y manque de panache. Les gens y sont à l'étroit, les esprits aussi. On pense comme tout le monde, pour pas trop mettre l'ordre en péril. C'est comme cette maudite cérémonie de matu' où on préfère nous museler plutôt que de nous apprendre depuis tout petits à bien gérer notre pouvoir. J'ai horreur des gouv' et des systèmes qui prennent les gens pour des connards, et qui les étouffent par peur qu'ils débordent trop.


Ah, Rio'las ! J'crois que j'suis nostalgique d'une citée où j'ai jamais mis les pieds. Remet-moi donc la même chose, que j'me muselle l'imagination. Pour un peu ça m'rendrait triste.



Histoire

Ouais, voilà, ça va mieux. Dis, je t'ai déjà parlé de ma mère ? Non ? Boah, t'as raison, on s'en carre comme d'un jour d'accouchement, elle est morte avec mon père pendant le cataclysme. Ouais, ouais, ça a été le sort de pas mal de monde parmi nous autres, qui vivons longtemps ! Plus de monde, plus de morts. La loi de la nature. Et puis, j'suis chanceux, j'ai gardé mes deux frangins. Un qui vit dans le coin, qu'essaye de se faire oublier dans son rôle de forgeron, l'autre qu'a fui parce qu'il étouffait trop. P'têtre bien qu'un jour je ferais comme lui, que j'irais vivre dans la forêt avec les monstres et tout. J'sais pas. Ça m'ferait mal de crever d'hypothermie. C'est pas très sympa comme mort.


D'ailleurs, c'est pour ça que... Rio'las...


Oh, patron, resserre-moi un verre quand je pars là-dessus, d'accord ?


Après la grande guerre, y'a eu des bons moments. Le chaos intégral, tout à reconstruire. Ahah. L'occasion pour nous de nous regrouper autour du bon vieux chef de guerre, notre Pouchitoo. Une cité sans magie, avec un Liv au pouvoir ! Pour sûr que ça avait, que ça a toujours de la gueule. Mais c'est toujours pareil. Quand on arrête d'être opprimés, d'avoir des défis à relever, on s'encroute. Et on est une race paradoxale, tu sais ? A la fois baraques, forgés pour les grands voyages et les grandes aventures, et à la fois... désespérément faibles. Imagine ; on va pour explorer notre tout petit monde, et pouf, caprice de la saison, chute de neige. Tout le monde y passe. Rien à voir, circulez ! Autrefois, on avait de grands déserts rien que pour nous. Les conditions y étaient rudes, on y poussait droits et forts ; mais aujourd'hui ? Des cités, rien que des cités, et un minuscule mouchoir de poche en guise de désert ! Avec plus personne dedans, parce que ces lâches préfèrent vivre au chaud dans leur lit, à Cil'Hage !


C'est pour ça que j'en voulais un peu au Pouchitoo. Que j'ai commencé à conspirer contre lui, parce que je le trouvais trop mou. Oh, rien de bien méchant, j'sais même pas si j'serais allé jusqu'au bout. Mais il l'a mal pris, très mal pris. On a eu l'occasion de se causer, j'lui ai dit qu'il s'encroûtait comme un vieux. Il a pas aimé. Il aurait pu m'abandonner dans les marais ou n'importe où pour que j'y crève, c'était l'hiver. Mais bon, au fond, on s'aime bien je te dis, puis c'est mon grand père. Quand on vit très très longtemps, on a beau s'habituer à voir pas mal de gens mourir, on accepte moins que ça concerne des gens qu'on a toujours connu. Du coup, il m'a envoyé sous escorte ici. En... comment qu'il disait ? Oui, cadeau diplomatique. Juha le bon soldat. J'ai demandé grâce pour ceux qui m'suivaient, et en fait, j'ai guère eu besoin. Ils m'ont suivi de leur propre chef, mais je crois bien qu'ils sont tous restés à Zeriot'pil... Zeriotplur... comment tu dis ? Ah, oui, Zeriot'pilhiur, tu parles d'un nom. Enfin, comme quoi, que j'suis tellement gentil que les gens ils peuvent plus se passer de moi, tu vois ?


Et depuis ? Ah, depuis, on me donne des petites missions rigolotes, ça tue le temps. J'aime pas bien la vie ici, trop de magie, trop de gens pour mal me regarder, tout ça. Ça me donne envie de les faire chier, du coup, et faut que j'sois discret. C'est pas dans ma nature, ça. Parce que tu comprends ; si on me prend à déconner, on pourrait décider que j'suis pas tant un présent royal, et qu'au contraire, j'mériterais bien de crever le cul posé sur un glacier pendant qu'on organise des représailles contre Cil'hage.


Patron... eh, tu fermes patron ? Fallait le dire. Resserre moi encore un verre et j'me barre. Ouais, j'te jure, je ferais pas d'histoire. Après tout, t'es le dernier à bien vouloir de moi dans ton rade. Tu sais quoi ? Ça me ferait aimer les nagas.




Hors Rp

Que pensez-vous du forum ? : l'est cool !
Depuis combien de temps vous faites du Rp ? : dix ans.
Certification d'avoir plus de 16 ans : J'sais pas, d'après toi ?
Le mot de passe trouvé dans le réglement : (à mettre entre les balises  sans les *)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyl'ma Oi'll

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: Juha Fafu'lug   Mar 8 Sep - 1:26

Chalut chalut !
Bienvenue à toi !

Tout d'abord, le code est bon mais je te rassure, les admins sont encore en vie, enfermé dans un coin pour bosser mais en vie c'est déjà pas mal.

Une belle pres rapide à lire avec.... presque rien dedans? c'est un peu le sentiment que j'ai eu vue que au final, y'a beaucoup de blabla pour pas grand chose de concret mais, au final, on se fait une bonne idée du personnage.

Un bon style bien direct et qui correspond, je pense au personnage, j'aime beaucoup. Sinon... j'ai rien à dire owo, a part que si tu veux a l'occas je t'emménerais dans la ville que tu veux ^_^.

Voilà voilà tu peux faire ta fiche avec les sort ytout ytout.
Bonne nuit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Juha Fafu'lug
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nur-Menel :: Partie Administration :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: