Izaya Dalhia

Nur-Menel

Forum RPG heroic-fantasy
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Izaya Dalhia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izaya Dalhia

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Izaya Dalhia   Lun 20 Juil - 20:04

Informations générales



◈ Nom : Dalhia
◈ Prénom : Izaya
◈ Surnom : Aya - beauté sauvage.
◈ Race : Shasla
◈ Age : Née en l'an -29 avant le Cataclysme, aux premiers jours de l'automne.
◈ Cité d'appartenance : Cil'Hage

◈ Armes possédées : Aucune
◈ Affinités possédées : Air, Eau, Mort.
◈ Possession : Nécessaire de création de glyphes, un dragon poupée nommé Ordyh

◈ Métier : Créatrice de Glyphes, conteuse à ses heures perdues.
◈ Signe particulier : N'a pas d'ailes. Bandage entourant la totalité de son bras gauche.


Physique

Izaya est anormale. Elle n’a pas l’apparence d’une enfant, n’a pas la corpulence d’un Liv. Lorsqu’on la regarde, on pourrait facilement lui imaginer deux splendides ailes dans son dos lors d’un rêve, d’un corps de Dreid lors d’un cauchemar. Il n’en est pourtant rien. Alors on s’interroge. Lorsque l’on pose avec intérêt ses yeux sur elle, on remarque ses courbes élancées et fines. Sa peau d’albâtre laisse à supposer son attrait pour les endroits tempérés. Alors on la dévisage. Est-elle réellement une Shasla ? Ses ailes sont pourtant inexistantes.

Izaya est fragile. Ses os sont creux ; elle ne dispose d’ailleurs pas d’une immense force physique. Il serait facile de l’imaginer se briser au moindre impact. Le vent, qui fait s’envoler ses mèches rebelles, fait naître sur son corps de léger frisson. Elle ne supporte que peu le froid, habituée à la chaleur du désert de T'sacrel. Sa taille, avoisinant les uns mètre soixante-cinq, est plutôt bien proportionnée avec son corps svelte. Telle une plume, la jeune femme aborde une certaine élégance dans ses gestes, tant bien qu’elle attire facilement les regards sur son passage.   

Izaya est belle. Si l’on s’attarde quelques instants sur son visage, chacun peut penser que la nature l’a épargnée de toute déformation ou toute chose désagréable. Ses prunelles sont des rubis qui vous provoquent constamment. Sa chevelure, accordée à ses yeux mène une danse envoutante sur ses épaules lorsqu’elle se déplace. Ses lèvres sont pulpeuses, et souvent fleuries d’un sourire charmeur. C’est son regard pourtant qui témoigne de son humeur. Tantôt animé d’une lueur froide, dans d’autres moments d’une douce chaleur. Signe particulier, elle porte constamment un bijou d’oreille qu’elle aime à exposer aux yeux de tous.

Izaya est intrigante. En la regardant, il serait à la portée de tous de supposer que la jeune femme se démarque de par ses habits distingués et délicats. Elle ne fait pas attention à son apparence. Ne revêtant que des vêtements amples bien que mettant en valeur son corps, la jeune femme aime pouvoir se déplacer à sa guise sans les inconvénients des robes serrées bien que belles. Elle ne sera que rarement en la possession d’une arme, la magie lui suffisant amplement à sa défense. L’intégrité de son bras gauche est recouvert d’un bandage s’arrêtant au niveau de sa main, cachant un tatouage noir. Ce tatouage ne s’arrête pourtant pas à son bras, et descend jusqu’au milieu de son dos, entourant ses deux cicatrices. Fruit de ses études, ces glyphes ne seront que rarement dévoilés.



Mental

La jeune femme est loin d’être aussi douce que son apparence. Dépourvue d’empathie, elle n’hésitera pas à dire la vérité, ne se souciant guère de l’impact que celle-ci peut avoir. Elle n’éprouve pas le besoin de mentir. Elle reste pourtant respectueuse envers autrui, ne cherchant pas à blesser intentionnellement sur le plan physique ou moral. Izaya aime cependant user de son charme. Peut-être pourrez-vous la qualifier d’aventureuse, bien que cela soit un bien grand mot. Elle ne détournera jamais le regard, vous défiera même avec celui-ci. Elle ne craindra pas votre lame, se sachant pourtant bien sans défense.

Certains la qualifieront de mature, d’autres de personne infantile ou même inconsciente. Si vous êtes quelqu’un d’inutile ou banal, son regard perçant  ne vous accordera aucune considération, vous semblerez inexistant pour la jeune femme. Pourtant, celle-ci ne sera pas hostile. Peut-être pourrez-vous la qualifier de passive. D’un tempérament serein, l’envie de tout acte qu’elle qualifiera superflu ne lui traversera nullement l’esprit. Ne se souciant pas des remarques et autres murmures sur son passage, elle fait abstraction du monde qui l’entoure, la rendant un tantinet distraite. Bien souvent, on la dévisage car ses ailes sont inexistantes. Cela n’est pas important. Si elle ne soucie pas de ce que son corps peut subir, elle fait, en revanche, attention aux personnes auxquelles elle porte un tant soit peu d’estime.

Par moment, elle se montrera joyeuse, pleine de vie, rira même si l'envie lui prend. Par moment, elle se montrera froide, répondant sèchement. Parfois, un sourire malsain peut se dessiner sur son visage. Un regard empli de folie peut la submerger. Izaya n’est pas quelqu’un sur qui on peut compter facilement. Changeante, elle pourra très bien être amicale avec vous pour vous abandonner quelques secondes plus tard. Prenez garde lorsque vous lui faites confiance, elle ne respecte que ses propres mots. C’est d’ailleurs la seule façon d’avoir sa parole. Sa fierté et son sens de la justice est particulièrement développé. La femme n’est pourtant pas sans faiblesse, et il est facile de l’atteindre. Il vous suffira de quelques mots ou actes pour vous attirer sa curiosité et son respect, ou à l’inverse, faire voler en éclats son assurance. Même si elle ne le montra pas, peut-être que derrière sa carapace, elle pleurera, ou rira de tout cœur.

Bien que très cultivée, Izaya ne prend que rarement part à la politique. La Grande Guerre l’a certes bouleversée, mais la vie pour elle ne pouvait que continuer. Malgré sa courte existence, elle a acquis de nombreuses connaissances, que ce soit sur la nature ou la science. Il est vrai que la jeune femme possède une bonne mémoire et une intelligence développée, l’aidant beaucoup.
Spécialiste dans le domaine de la magie et des glyphes, son attrait pour ces connaissances la poussa à en faire son métier. Créatrice, la Shasla peut se dire heureuse de vivre de sa passion, bien que cela l’entraina un peu plus dans un monde qu’elle ne voulait fréquenter. Izaya n’aime pas tuer.

Elle aime autrui, tandis qu’elle les déteste. Elle admire les combattants, tandis qu’elle n’arrive pas à les comprendre. Elle apprécie plus que tout le désert où elle est née, tandis qu'elle le hait. Plusieurs exemples comme ceux-ci peuvent décrire les préférences de la jeune femme. Son passe-temps favori est la séduction. Ayant un goût prononcé pour l’Histoire, il ne sera pas étonnant de la voir raconter des légendes au coin d’une cheminée de taverne. Elle aime découvrir de nouveaux paysages, des endroits paisibles et reposants. Pourtant, elle aime aussi la foule, traverser les rues marchandes pour simplement sentir le contact des épaules s’entrechoquant avec les siennes. Elle aime ressentir des frissons parcourir sa peau, tandis qu’elle déteste avoir froid. Chose amusante, elle aura un faible pour les aliments sucrés. Bien sur, Izaya n’est pas sans crainte. Si elle n’a pas peur du regard d’autrui, elle aura une certaine peur de l’inconnu, même si elle n’hésitera pas à avancer, sa curiosité prenant le dessus. Elle aura peur des armes, des combats. Elle aime avoir peur, tandis qu’elle craint la peur en elle-même.

Il sera difficile de décrire précisément le caractère de la jeune femme tant celui-ci est changeant, que cela soit selon les circonstances ou son humeur. Cependant, elle aimera toujours se poser des interdits, afin de pouvoir mieux les franchir, allant toujours plus loin. C’est ce qu’elle aime, c’est ce qu’elle veut et désir à chaque instant. Être libre.


Histoire

Nehrys.
Prononcer ton nom ne me fait plus rien aujourd’hui.
Je n’ai pas de regrets. Maintenant, je comprends parfaitement ton désir de liberté. Il est ancré dans ma peau. Peut-être aurais-je dû le comprendre plus tôt, peut-être aurais-je dû te faire simplement confiance. Je me souviens encore mon désir de te garder encore un peu à mes côtés. Je me souviens encore de ma fureur passée, de mon envie de te voir mourir à mes pieds. J’aurais alors ris, ris jusqu’à en pleurer en emportant avec moi les souvenirs de ton visage souriant lors des matins ensoleillés de Nel’than.

Nehrys.
Te souviens-tu de la première fois où nos regards se sont croisés ? Nous n’étions que des gamines jouant dans les bas fonds cette ville. Tu étais aussi miteuse que moi. Cela se voyait à tes habits, usés et troués. Cela se voyait au fond de tes yeux, cette douleur insondable qui faisait briller tes pupilles, cette posture hautaine et trop adulte pour l’âge que tu avais. On avait tous luttés pour survivre ici, toi bien plus qu’une autre. C’était la plus important des lois ici. Cette rencontre fut pourtant brève ; j’allais à l’académie des mages et toi tu suivais ton maître. Tu n’étais qu’une Kelpi après tout, même si la seule chose qui nous différenciait était la couleur de nos ailes. Tu m’ignorais. Alors un jour, je t’ai suivi sans relâche. Je marchais dans tes traces de pas dans le sable qui recouvrait les pavés chaud, et puis tu as fini par t’arrêté. Le sentiment que toi et moi allons devenir proche était encore plus fort en cet instant. « Veux-tu jouez avec moi ? » Tu m’ignorais et cela me faisait sourire.
J’étais libre et toi tu m’enviais.

Aya.
Ce surnom que tu m’avais donné, tu disais qu’il me ressemblait. « Beauté sauvage », cette signification m’allait comme un gant. Simple, facile à prononcer, il n’a jamais quitté tes lèvres.
Tu n’aimais pas ma manière d’agir, lorsque je t’attendais des heures durant devant ta porte. J’apportais à chaque fois quelques friandises de l’Académie, alors que tu me disais de ne pas le faire. Tu étais si maigre. Tu me traitais d’inconsciente. Et tu n’arrivais pas à avoir une emprise sur moi. Je disais toujours qu’être esclave, ce n’était pas une vie pour toi. Je disais que tu étais ma sœur, et tu souriais tristement pour une raison que je ne voulais comprendre.
Lorsque ton maître trépassa, tu te retrouvas à la rue. Etrangement, tu étais triste alors que j’étais heureuse. Cela voulait dire que je pouvais enfin vivre proche de toi, t’accueillir chez moi comme je le désirais tant. Je pouvais enfin être avec toi jusqu’à ce que la nuit touche à sa fin, je pouvais enfin prendre soin de toi. A partir de cet instant, je compris ce que « sœur » voulait dire. J’ai essuyé tes larmes, tes colères, appris à t’aimer à ta juste valeur.

Nehrys.
Je savais que tu étais jalouse de mes aventures avec les autres. Tu connaissais pourtant mon attrait pour les jeux de séduction, l’amour en général. Mais cela se voyait. Lorsque tu posais tes yeux sur moi et mon compagnon du moment, on pouvait y voir de la rage. De la haine envers moi, envers lui. Alors je souriais, et t’embrassait le front. C’était comme ça, tout le temps. Je te provoquais, indéniablement.
J’avais un caractère fort et toi faible. Dans un sens, nous étions opposées l’une à l’autre. Souvent, on sortait de cette ville miteuse et on escaladait les dunes. On faisait ça aussi lors de notre enfance, mais nous n’avions plus dix ans. La seule différence était que mes ailes avaient poussée et non les tiennes. Alors on se déshabilla. Alors en cette douce nuit, on se coupa ce qui nous différenciait. Cela s’était mal passé, mais nous l’avions fait. Je pensais que cela règlerait tout. Que depuis ce jour tu me dirait tes pensées. Avais-je fais cela pour rien ? Tes pensées, tu te les gardais pour toi. Je t’ai détestée pendant de longues années pour cette raison. Je m’étais dit que je te pardonnerais le jour où tu seras capable de me dire ce qu’il y a tout au fond de ton cœur, quand tu seras enfin capable de me dire « je t’aime ».

Nehrys.
Tu as toujours pensé à l’avenir, tu t’es toujours soucié de ce qu’il adviendrait plus tard. Moi, je n’étais qu’une mage qui ne se souciait de rien. Je n’avais rien à faire de la politique, rien à faire de la guerre qui s’aggravait de jour en jour. J’avais d’ailleurs fini mes études, et comme toi, je ne savais pas quoi faire de ma vie.
Lorsque tu me parlas de ton désir de liberté, j’ai su que cela n’était pas une bonne idée. Tu voulais partir de cette ville du désert, découvrir le monde. On savait toute les deux que cela était dangereux, dans ce contexte sanglant. Et c’est cet argument que tu m’exposas lors d’une soirée animée. Alors tu décidas de t’enrôler dans l’armée. Sans mon accord, tu allas chercher  ton uniforme. Lorsque tu l’enfilas devant moi, l’air sérieuse, mon cœur fit un bon en avant. Cette fois-ci, ce n’était plus moi la belle des deux sœurs, c’était bien toi. Cette fois-ci, tu ne ronchonnas pas lorsque je te pris dans mes bras. On savait que se revoir allait être difficile.
Tu avais trouvée ta voie et moi je t’enviais.

Nehrys.
Tu te souviens lorsque nos regards se sont croisés ? J’étais devenue une créatrice de glyphe, je rêvais dorénavant de voyager. Tu avais quitté l’armée pour rejoindre celui que tu avais rencontré. Nous avions toutes les deux changés. C’est à cet instant que le cataclysme eu lieu. L’instant d’un souffle et tu n’étais plus là, comme les années précédentes. L’instant d’un souffle et mon monde n’existait plus. Je n’étais ni triste, ni joyeuse. Ce qui s’offrit à moi était différent, différent pour tous.

Je me suis ainsi retrouvée dans une ville nommée Cil’Hage. Les années passèrent, comme avant. Cette ville, elle ne ressemblait pas à celle de mon enfance. Je ne voulais pas y rester. Mes connaissances sur les glyphes devinrent de plus en plus recherchée, gagné de l’argent devint vraiment facile.

Prononcer ton nom ne me fait plus rien aujourd’hui. Au final, tu étais juste venue me le dire.



Hors Rp

Que pensez-vous du forum ? : Trop coul.
Depuis combien de temps vous faites du Rp ? : Deux ans.
Certification d'avoir plus de 16 ans : Yep



Dernière édition par Izaya Dalhia le Jeu 23 Juil - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Izaya Dalhia   Jeu 23 Juil - 20:48

Hello

Alors tout est très bien. La fiche est un peu longue pour moi (mais c'est purement personnel) mais c'est vraiment bien écrit. Il y a quelques fautes telles que :"il serait à la porter de tous de supposer que la jeune femme se démarque"

Je te laisse relire tout ça pour vérifier qu'il n'y en ait pas d'autres mais à part ça c'est vraiment super bien ! Il ne te reste plus qu'à faire ta fiche technique et hop ! Au RP !

Bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Izaya Dalhia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Izaya Kida
» Izaya Orihara - Underground - [Indéfini]
» Kira Ketsueki
» # Registre d'Avatar #
» Aoba Kuronuma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nur-Menel :: Partie Administration :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: