Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]

Nur-Menel

Forum RPG heroic-fantasy
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Iyl'ma Oi'll

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Ven 24 Juil - 14:40

Nh’Agtrael, C’était notre dernier arrêt avant de retourner à Rio’las. Le voyage ne c’était pas si bien passé que ça. Désormais, il me manquait sept hommes. Six d’entre eux étaient morts pendant une attaque que l’on avait menée. Le dernier, c’était moi qui l’avais jeté par-dessus bord pour avoir tenté d’abuser d’une cliente. Et oui, j’ai beau être une pirate, il y a des choses qu’il ne faut pas faire. Malheureusement, cet homme était un utilisateur de l’air et son utilité dans l’équipage n’était pas des moindres. C’était remplaçable évidemment, le navire ne dépendait pas de lui, mais, pour naviguer de façon confortable, quelqu’un pour le remplacer serait utile. Mais avant tout ! Nettoyage.

Je fis mes adieux aux trois passagers avant de donner l’ordre à mes hommes de remettre le navire complétement en état et de le nettoyer de fond en comble. Je voulais que tout soit propre pour la prochaine cargaison que nous allions acheter et il y avait du boulot. Tout le monde s’activa, chaque personne savait ce qu’il avait à faire et je m’affairais à leurs côtés. Cela prit un bon moment et lorsque tout fut terminé et la dernière inspection effectuée, nous étions le lendemain au début d’après-midi. Tout était désormais en ordre. Je distribuais une bonne partie de l’argent gagné grâce à la vente de la cargaison à Cil’Hage.

- Acheté ce que vous voulez, dépensez comme vous voulez, mais, comme d’habitude, pas de grabuge en ville !

Ils ne se firent pas prier pour déguerpir rapidement. Une bonne partie allait dépenser leurs argents dans un bordel. Cela j’en étais sûr, quelques ’un penseraient à leurs familles avant tout pour faire leurs courses. Pour ma part, je n’avais rien de spécifique à acheter en dehors de fournitures pour le village. Papier, tissu, métal et autres. Voilà ce qu’il me fallait. Je me dirigeais donc vers l’entrée du port afin de demander conseil à un homme pour louer les services d’un guide. Oui, j’avais autre chose à faire que de me perdre en ville pendant une semaine sans trouver ce que je cherchais. Celui-ci me sourit et envoya un coursier pour me trouver quelqu’un. Il ne me restait plus cas attendre que cette personne arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Ven 24 Juil - 15:24

Le temps était gris aujourd’hui. Comme les jours précédents je n’avais rien à faire, pas de métier, pas d’obligation, rien. J’aurais dû, comme d’habitude, me lever à l’aube et aller me payer un petit déjeuner dans ma taverne préférée. Mais je n’étais pas d’humeur ce matin. Il faisait trop lourd pour ça. A la place je me rendis au camp d’entrainement de l’académie.

Je m’assis dans l’herbe pour regarder les jeunes s’entrainer. Beaucoup avaient des gestes approximatifs, c’était dommage. Il m’arrivait parfois de les imiter pour garder les bons gestes ou encore apprendre une nouvelle technique ou deux. Mais aujourd’hui il faisait trop lourd pour que je fasse autre chose que rester assis dans l’herbe en les regardant. Mon vert matelas était encore plein de rosée. C’est donc avec les vêtements humides que je me relevais lorsqu’un jeune homme à l’allure décalée se présenta devant moi, essoufflé. Il avait –disait-il – besoin de moi pour guider une inconnue à travers la ville. Voilà en deux jours deux personnes qui me demandaient de les guider à travers les rues de cette immense cité. J’allais finir par vraiment être le meilleur guide de tout Nh’Agtrael.

Je me levais donc et lui emboitais le pas à travers le dédale de rues du quartier. Je finis par reconnaitre, bien avant d’y arriver, les odeurs salées et fumées du port. De nombreuses marchandises devaient être étalées sur les quais à cette heure-ci et parfumaient tous les quartiers adjacents suivant là où se trouvait le vent. Et ce dernier en ce moment soufflait face à nous, apportant toutes les senteurs mais aussi tous les bruits de la vie quotidienne jusqu’à mes oreilles. Je me tressais rapidement les cheveux, ce vent n’était pas bon pour eux. Je ne savais pas à quoi ressemblait mon futur client mais je ne voulais pas avoir l’air d’une pouilleuse comme la veille. Nous arrivâmes finalement dans le port volant, patchwork de population, de créatures, de couleurs et de races différentes. Et au milieu de tout cela, une jeune femme.

Je su quasi tout de suite que ma cliente serait-elle en la voyant. La première raison était qu’elle était plus couverte que la majorité des autres passants. Il fallait avoir l’habitude de trop de chaleur pour être couverte comme elle l’était actuellement en cette saison. Ensuite parce qu’elle accompagnait un homme que je connaissais un peu pour avoir fait deux ou trois courses pour lui. Je me dirigeais donc vers eux, non seulement guidée par le jeune coursier, par mon instinct mais aussi parce que cet ancien patron venait de me faire un clin d’œil encourageant. Je me permis de leur faire une révérence masculine et rapide. Je ne savais pas quel était le statut, pas forcément noble au vu de sa tenue. Je jugeais que ses vêtements étaient bien trop usés et abimés pour quelqu’un qui soit riche. C’était assurément une femme qui avait beaucoup à faire et n’hésitais pas à se salir les mains pour. Soyons efficace donc je demandais d’un air le plus professionnel possible :

- Vous souhaitez vous rendre quelque part en ville ?


Je m’époussetais discrètement comme je l’avais vu faire ma mère. Mais après tout, mon pantalon de toile me collant au corps et ma chemise trop large pour moi n’avaient presque rien à envier à la veste de cette inconnue.

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyl'ma Oi'll

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Dim 2 Aoû - 6:58

Pas chaud pas chaud, heureusement que j’avais pris cette veste avec moi. Je patientais tranquillement en attendant la personne qui allait me guider. Bon, après j’avais le temps pour faire mes courses. Au total, nous devions rester une bonne semaine dans cette ville. Nous avions juste l’argent nécessaire pour rester au port pendant ce temps.  Mais je devais avouer que si je pouvais prendre un peu de temps pour moi, ce serait parfait. Ho certes j’avais l’habitude de ne pas en prendre, préparant plutôt les prochains voyages. Mais bon, rien ne vaut une bonne soirée dans une taverne à  faire du bruit pour se détendre. Mais en attendant, je devais faire des courses.

Au final, je ne patientais pas longtemps avant de voir une jeune femme trop peu habillé pour le froid qu’il faisait venir me saluer. Enfin me saluer. La personne était rapide, professionnel et efficace. Le genre de personne que j’appréciais particulièrement avoir dans mon équipage. Ne pas attendre et en venir directement au vif du sujet car au final, une salutation ne sert à rien à part faire perdre du temps. Je regardais mon guide de la tête au pied avant de répondre.

- Je cherche à acheter du métal, du papier, du tissu et des provisions au moindre prix tout en gardant la qualité.

Une demande presque impossible, en général, plus le prix est bas, plus l’arnaque est grande. Mais bon, je savais en générale distinguer celle-ci et si mon guide pouvait me trouver ce genre d’affaire c’était parfait pour moi. Bien sûr, je m’attendais à un échec des plus total mais cela je le gardais pour moi.


Dernière édition par Iyl'ma Oi'll le Dim 9 Aoû - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Dim 2 Aoû - 19:23

Je dévisageais ouvertement la femme en face de moi. Cette dernière semblait fatiguée. Ses vêtements l’étaient au moins tout autant. Mais était-ce une excuse pour me demander quelque chose d’infaisable ? Nous étions certes dans la plus grande ville de Nur-Menel mais ce n’était pas une raison pour penser y trouver l’impossible. Il était de notoriété publique qu’il fallait acheter des choses chères pour avoir de la qualité. Ceci étant, ce n’était pas mon problème et je pouvais la guider dans les boutiques qui correspondaient le mieux à ses attentes sans pour autant y coller parfaitement. Après tout, elle était très certainement une voyageuse des airs et si je l’arnaquais elle ne me retrouverait pas. J’étais gagnante dans tous les cas. Pourtant, je n’étais pas le genre d’homme à escroquer la première venue. Je risquais de ne plus pouvoir me faire d’argent de cette façon.

Je fronçais les sourcils tandis que l’homme qui m’avait conseillé partait avec son laquais. Si j’échouais il risquait de m’entendre et il le savait. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il s’était fondu aussi rapidement avec la masse informe mais colorée des passants. Cette dernière était des plus bruyante et si l’on pouvait aimer cette ambiance chaotique et incohérente elle n’était pas pratique lorsque l’on voulait discuter ou marchander. C’était pour cette raison que tout le monde hurlait autour de nous. Certains cherchaient à refourguer je-ne-sais quelle arnaque volée à un endroit que je ne voulais pas connaitre tandis que d’autres marchandaient avec des clients. Tout ce beau monde haussait la voix pour se faire entendre et je dû me rapprocher de mon interlocutrice pour lui parler.

- Vous me demandez l’impossible !


Je marquais un arrêt pour lui laisser le temps de comprendre et d’enregistrer l’information. Je ne lui laissais cependant pas le temps de répondre et enchaînais.

- Par quoi voulez-vous commencer ?


Il me fallait maintenant attendre qu’elle me réponde. Patienter dans ce bordel ambiant était difficile même pour quelqu’un qui en avait l’habitude. Cependant j’étais prête à attendre pour ne pas perdre cette cliente. J’avais besoin de cet argent pour pouvoir changer de vêtements. Ils commençaient eux aussi à fatiguer et ma cliente devait avoir l’air d’être vêtue pour la cour par rapport à moi. Il allait d’ailleurs falloir que je discute du prix de la course.

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyl'ma Oi'll

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Dim 9 Aoû - 0:11

Hmmm, elle n’avait pas peur cette femme pour me dévisager si ouvertement. Mais d’un autre côté, cela ne me posait pas de soucis. Après tout, elle ne faisait pas partie de mon équipage et je ne cherchais pas à avoir son respect. L’homme qui me l’avait amené était déjà parti. À croire qu’il avait peur d’elle. Disparaissant au milieu d’un bordel monumental d’activité et de voix. J’attendis donc pour la suivre en ville même si pour cela, elle ne semblait pas motiver. Une chose impossible d’après elle, mais elle ne me laissa pas le temps de répondre me demandant immédiatement par quoi je voulais commencer. Mais d’après moi, elle ne comprenait pas vraiment ce que je voulais dire par pas trop chère. Soupirant, sans lui répondre, je sortis ma bourse commençant à fouiller dedans. Pas longtemps non, juste quelques secondes afin d’en sortir une pièce d’or que je lui tendis pour qu’elle la prenne.

- Bon quand je voulais dire pas chère, c’était de faire en sorte que je ne dépense pas tout en un seul magasin. Mais cette pièce est accompagnée par beaucoup de sœurs, et si j’obtiens tout ce que je veux à un prix que j’estime raisonnable, je t’en donnerais une deuxième.


Je la laissais donc à son tour digérer l’information que je venais de lui fournir. Elle n’avait sans doute jamais été autant payée pour un tel travail. Et pour gagner autant en une après-midi, il fallait déjà avoir un bon poste. Alors pour en gagner deux. Je finis donc par continuer.

- Pour commencer, j’aimerais bien trouver tout ce qui est métaux ça sera plus facile à faire ranger dans le navire. Puis ensuite les papiers et les tissus et au final, tout ce qui est provision pour trois semaines.

J’attendais donc qu’elle me montre la route, croisant les bras, légèrement impatients. Oui, elle avait beau ne pas être dans mon équipage, je n’aimais pas perdre mon temps pour rien et j’espérais qu’elle serait aussi efficace qu’osez dans sa manière de me regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Lun 10 Aoû - 20:02

Elle ouvrit une bourse de tissu brun, piocha à l’intérieur et me tendis une pièce d’or. Je tournais le petit disque brillant entre mes doigts pour déterminer si elle était véritable. Je la levais au-dessus de mon visage pour la mettre au soleil tandis que je tendais l’oreille, cherchant à suivre tout ce que disait mon nouvel employeur au milieu du tumulte vocal qui nous entourait. Ainsi si la course se déroulait correctement je pourrais obtenir la jumelle de cette pépite brillante. Cette femme, malgré ses fripes et son air fatigué, était assez riche pour dépenser deux pièces d’or pour que je la guide dans ses achats. Cela changeait tout de suite la donne, beaucoup de magasins lui devenaient accessible et rendait sa demande bien moins fantaisiste.

Je la regardais à nouveau mais sous un autre angle tandis qu’elle précisait sa requête. Pourquoi cette femme prenait-elle si peu soin d’elle alors qu’elle possédait tant d’argent ? Et quel métier exerçait-elle pour posséder tant de devises ? Elle avait parlé de navire, elle devait donc être marchande. Mais elle ne ressemblait en rien à tous ces marchands qui étalaient leurs richesses de façon ostentatoire.

Je réfléchis un instant, prenant le temps de visualiser les endroits où je pouvais trouver ce qu’elle cherchait, les lieux dont on m’avait parlé qui correspondaient à ce qu’elle cherchait, la façon dont nous allions transporter tout cela. Je visualisais rapidement un itinéraire vers diverses boutiques et m’élançais après avoir fait un geste de la main à mon nouveau chef accompagné d’un :

- Allons-y


Je l’entrainais à ma suite, louvoyant dans la foule de passant comme une anguille entre les rochers. Nous prîmes une ruelle puis une autre afin de s’éloigner de la foule et des yeux curieux qui étaient tombés dans la bourse de la femme qui me suivait. Ils avaient croisé le regard des pièces qu’elle cachait dans sa bourse et maintenant avaient très certainement envie d’obtenir ces disques brillant. Il était donc temps pour nous de nous éloigner et de semer ceux qui souhaitaient se frotter à l’inconnue qui me suivait. Nous marchâmes durant plusieurs minutes, alternant les ruelles à la limite de l’insalubre et les rues commerçantes.

Nous finîmes par arriver devant une échoppe. Cette dernière avait une allure décrépie, sa façade s’effondrait à certains endroits, laissant échapper de la fumée et une lueur rouge qui donnait des allures de monstre affamé au baraquement. Je pénétrais sans mot dire dans l’établissement. L’intérieur de ce dernier était tout aussi sale et décrépis mais il était beaucoup plus grand que le laissait présager l’extérieur. Le trou que l’on voyait de dehors laissait entrer la lumière dans la pièce, dévoilant au milieu de la crasse et de la fumée bon nombre d’armes plus ou moins de bonne facture. Au centre de tout cela, une énorme fournaise engloutissait avidement les morceaux de bois qu’on lui offrait, la gourmandise incarnée sous la forme d’un énorme four de forgeron. Quatre personnes s’affairaient autour de ce monstre goulu, lui donnant de quoi se nourrir en guise de pardon lorsqu’ils retiraient de sa panse enflammée les futurs armes et boucliers,…

Je parlais fort pour couvrir le bruit absorption de la fournaise :

- Ici les armes n’ont rien à envier à certains vendeurs d’armes ayant pignon sur rue. Il leur arrive d’avoir des pertes de métal, peut-être pourriez-vous marchander avec eux pour obtenir ce que vous voulez.


Je reculais ensuite vers la porte dans l’espoir d’échapper à la chaleur des flammes.

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyl'ma Oi'll

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Ven 14 Aoû - 0:17

Déjà, je la vois plus enthousiaste pour la mission que je lui demandais. Ainsi donc, elle fonctionnait à l’argent. Peut-être était-ce aussi le faite de lui montrer que je n’étais pas pauvre et que je pouvais payer un minimum. Je la regarde réfléchir avant de la suivre lorsqu’elle marque le départ. J’allais pouvoir voir son efficacité au travail. Et j’espérais qu’elle serait à la hauteur de l’argent que j’avais dépensé pour ces services. Ce fut long, très long. Rien à dire, je préférais largement les hauteurs et après ce qui me parut une décennie, je me retrouvais devant une échoppe décrépie qui ne me donnait absolument pas envie d’aller faire mes courses. Néanmoins, je suivis la jeune femme à l’intérieur où elle éleva la voix pour m‘expliquer. Ainsi, malgré les apparences, je pourrais faire des affaires. D’un geste, j’enlevais ma veste pour la poser sur mon épaule. Il faisait bien trop chaud pour rester autant habillé. En dessous, je ne portais qu’un petit haut, celui que j’ai pour toutes mes autres activités. Descendant juste en dessous de ma poitrine, fait de tissus brun et léger et laissant mes bras libre de tout mouvement. Je m’approchais des hommes qui s’arrêtèrent de travailler en me voyant.

- Bonjour, je souhaiterais vous acheter environs 200 kg de fer, est-ce que vous auriez ça en stock ?

Le forgeron semblait étonné par ma demande, sans doute n’était-il pas habitué à voir une femme comme moi lui demander du métal en quantité suffisamment importante pour forger des armes afin de fournir un bataillon. Ou presque. Mais une bonne partie de ce métal était pour moi, suite au dernier combat, j’avais songé à me fabriquer une nouvel arme bien plus pratique que celle que j’avais déjà.

- On a ça ma p’tite dame, quelqu’un viendras l’chercher ou faut vous livrer quelques parts, ce qui dans ce cas nécessitera un petit supplément.
- Il faudrait me le livrer au port sur le navire numéro 17.
- Pour quand ?
- Demain après-midi.
- Ça sera fait, pour une somme de 6 pièces d’or maintenant et 6 autres lorsque vous serez livré.
- Je veux voir le fer avant.
- Bien suivez-moi.


Il m’emmena à l’arrière du bâtiment dans un entrepôt dont j’aurais condamné l’accès tellement il avait mauvaise allure. Il ouvrit une porte et me montra la matière première. J’en attrapais un morceau, pour ce que j’en savais, il me semblait plutôt bon pour être forgé.

- Je vous l’achète pour un total de 10 pièces d’or avec la livraison.
- 11 pièces pas moins.
- Marché conclu !

Je lui serrais la main avant de lui donner 5 pièces tout en lui disant que je l’attendrais demain après-midi sans faute. Je retournais à l’entrée afin de retrouver mon guide qui semblait avoir chaud, très chaud. Je remis ma veste essuyant au passage une goutte de sueur sur mon front avant de dire.

- Passons au tissu, toujours de la matière première bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Ven 14 Aoû - 2:09

Elle s’avança dans le ventre de la fournaise tel un soldat sans peur. Je la laissais faire sans sourciller, c’était le seul endroit que je connaissais qui offrait une telle qualité pour un si bas prix. J’avais entendu bien trop d’autres commerçants d’armes se plainte de cette boutique et se demandant comment ils pouvaient brader ainsi les prix. La réponse me semblait toute trouvée lorsque l’on arrivait sur la devanture de cette ruine improvisée en magasin. Il était clair que peu de commerçants étaient allés voir à quoi ressemblait leur plus gros concurrent. Ce qui était étonnant mais pas pour me déplaire.

Ce qui ne devait pas déplaire aux forgerons ici présent était ce que portait ma commanditaire sous sa veste. J’aurais pu jurer que la température, déjà peu supportable, était montée lorsqu’elle avait enlevé sa veste et que leurs yeux s’étaient jetés sur le haut de bandes qui cachaient ce qui ne devait pas être montré. Autant dire que s’en était trop pour moi. Je supportais la chaleur, je supportais que des affamés jettent leurs yeux dans leur potentiel futur repas mais les deux en même temps… Je sortis lentement. On ne remarquerait pas que j’avais quitté la fournaise, je n’étais pas assez riche ni assez dénudée. Et je ne souhaitais en aucun cas rendre cet endroit plus invivable que c’était déjà le cas.

Je sortis. Traversait la ruelle. M’assis sur une vieille caisse qui se trouvait non loin et soufflait un coup. Il faisait bon ici, juste ce qu’il fallait. Elle pouvait rester là-bas tout l’après-midi je n’aurais rien contre tant que le soleil restait ici. Si il se décidait d’arrêter la course pour que seuls quelques-uns de ses rayons passent entre les deux bâtiments ici présents et m’offrent le petit carré de lumière dans lequel je me trouvais ce serait le bonheur. Je restais donc assise sur ma caisse entre les détritus et l’ombre. On aurait pu me croire auréolée, guidée par Dwenya pour une quête mirifique. Et pourtant, les gens passaient, me dépassaient. Ils m’observaient un instant du coin de l’œil, surpris. Pourquoi une sorte de fille comme moi donnait-elle ainsi sa joie en spectacle au milieu des détritus ? Dans leur regards le fait que je sois posée ici, ailes grandes ouvertes, semblait être la pire des déchéances.

J’avais l’air de me laisser aller à bronzer ainsi mais je n’en restais pas moins attentive. Je remarquais du coin de l’œil des mouvements suspects. Ce pouvait être le fruit de mon imagination. Cependant, ce pouvait aussi être les hommes qui avaient perdu leurs yeux dans la bourse de ma chef. C’était très probable, nous n’avions pas spécialement cherché à nous cacher. Il faudrait cependant que je lui en parle. Cette femme avait l’air d’être forte, taillée par le vent des cieux et usée aux cordes et aux bois des navires des airs. Mais ce pouvait être qu’une apparence. Une ruse pour éviter qu’on vienne l’embêter mais ce n’était pas garanti. Et je ne pouvais à moi seul garantir la sécurité de cette dame, forte ou non.

Mais je m’en faisais certainement pour rien. Nombreux étaient les malfrats qui allaient dans ces rues et une personne comme moi devait les tenter, un vol était si vite arrivé. La seule chose qui devait les faire hésiter était les deux dagues qui pendaient paresseusement à mes flanc, signe que j’avais de quoi me défendre et que le peu que je possédais ils devraient le payer. En parlant de payement, mon embaucheuse venait de sortir de l’antre de la chaleur. Elle semblait ruisselante.

Je descendis de ma caisse, quittant à regret ce havre lumineux que j’avais trouvé. Je secouais mes ailes et les étiraient tandis qu’elle annonçait la suite de la journée. Elle ne prit pas la peine de me dire si tout c’était bien passé. Je ne pris pas la peine de lui demander et l’éloignais déjà de cette ruelle un peu trop étrangement fréquentée à mon gout. Nous débouchâmes rapidement dans une grande rue passante. Ce boyau à l’air libre nous entraina parmi la foule. Nous nous fondîmes en elle, devenant passant parmi les passants. Nous croisâmes des physiques étonnants et des voix d’étonnantes dans les rues aux couleurs chatoyantes, profitant du soleil pour être plus lumineuses qu’à leur habitude.

Nous suivîmes cette avenue, redescendant vers le port. Elle avait choisi de faire dans cet ordre-là je n’allais pas la contredire. Et puis, une balade par ce temps et dans cet environnement ne se refusait pas. C’est donc d’un pas tranquille que je l’amenais jusqu’à l’échoppe d’après. Une boutique avec pignon sur rue qui détonnait parmi ses consœurs. Elle n’aurait pas été plus chamarrée si elle avait été un patchwork de tissus colorés. On pouvait lire en lettre d’or au-dessus de la devanture « chez madame Jean-Michel ». Je grimaçais en me souvenant de la dernière fois que j’étais venue ici. Je poussais pourtant vaillamment la porte vitrée et ornée et entrait avec ma « mécène », si l’on pouvait l’appeler ainsi.

Ce qu’elle découvrit, je le connaissais depuis tout petit. Je me redressais face aux monticules de tissus affalés par ci par là tandis que certains de leurs compatriotes prenaient la pose sur un sofa ou une étagère au milieu des clients qui allaient et venaient. Ils cherchaient à attraper LA bonne pièce de tissu qui se cachait dans un coin, sous un chat ou dans je ne sais quelle autre cachette. J’articulais le plus calmement possible quelques mots.

- Si vous avez la patience, c’est ici que…


Je n’eus pas le temps de finir ma phrase que, comme appelé par le son de ma voix, une tornade apparu dans la pièce. Elle esquiva meubles, futurs acquéreurs, chats et tissus et fondit sur nous. Elle s’arêta à quelques centimètres de mon visage maintenant fermé.

- RoMAin ! Vous Ici en CE jOur !? Que me Vaut ce plaISIR !?


Je frissonnais face à cet hippogriffe enchâssé dans ses vêtements d’un gris si triste qu’ils semblaient comiques dans ce fouillis de couleurs si provoquantes qu’elles en devenaient malsaines. Il nous tourna autour, gargouillant dans son long cou de héron des choses incompréhensible pour qui voulait bien l’écouter. Je serais les mâchoires pour éviter de faire un quelconque pas de travers, avec cet homme si instable, tout pouvait arriver. J’avais vécu trop de mauvaises choses ici pour pouvoir apprécier ce personnage à sa juste valeur. Je n’eu d’ailleurs pas à lui répondre car il enchaina rapidement.

- Je saIs ! Vous Etes icI avec vOTre amIE ici prEsente poouuur…. VenIR enFIN VOUS habiller commE une FEMME digne de ce NOM ! Ou Alors voUS avEz unE idEe plus SAUgrenue encore…

Tout en continuant à palabrer de la sorte sur les évènements que je lui avais fait subir lorsque ma mère venait me faire tailler des vêtements sur mesure, il se malaxait les doigts d’un air malsain. Ce dernier contrastait avec son air jovial, fardé comme une putain qui n’a pas encore vu son premier client. Il nous fixais tous les deux, moi et ma compatriote, d’un air qui n’inaugurait rien de bon pour peu que l’on n’aime pas les courses sans fin.



HRp :couleur de Jean-Michel :#ffff00

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iyl'ma Oi'll

avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Mar 15 Sep - 4:19

Pas un seul mot, elle se releva et se contenta de me diriger dans la ville. C’était le genre de personne que j’aimais. Pas de discussion rien, faisant simplement son boulot de façon efficace et rapide. La rentabilité passait en premier et cela allait parfaitement avec mon mode de fonctionnement. Je la suivais donc me frayant un passage parmi la foule, retournant dans la grande rue et surveillant autours de moi. Je me sentais observé mais, je ne parvenais pas à savoir d’où cela venait. Voilà pourquoi je préférais être dans le ciel. Au moins là-haut on était certains de ce qui se passait. Même si certains imprévue pouvaient arriver, un ennemis ce voyait de loin et surtout, sur mon navire, il n’y avait que des personnes dignes de confiance. Ici, c’était autre chose, n’importe qui pouvait subitement devenir un ennemi. Tuer pour une bourse de quelques pièces, tuer pour s’amuser. Voilà ce qu’il en était en dehors de mon navire. N’importe qu’elles membre de mon équipage ne s’abaisseraient même pas à cela.

J’haussais les épaules, de toute façon, tout finiraient bien par s’éclaircirent. Soit je serais attaqué, soit je retournerais tranquillement à mon navire. Et dessus, si quelqu’un m’attaquais, j’étais sûr d’en sortir gagnante. Mais pour le moment, j’espérais simplement pouvoir terminé mes courses tranquillement sans avoir à m’énerver sur une bande de gamin ne sachant même pas ce qu’est la guerre. Prêtant plus attention au chemin qu’elle me faisait emprunter je remarquais que nous retournions vers le port. C’était parfait, tout simplement parce que je savais que mes gars restait à proximité. Du moins pour la plupart. Rare était ceux qui partaient véritablement à travers la ville lors des escales alors qu’il suffisait simplement de faire 50 mètre pour trouver un bordel remplis de Nar’til prêtent à passer la nuit au lit en compagnie d’un maximum de personnes différentes. Un plaisir présent uniquement dans cette ville et qui paraitrait-il serait d’un intérêt des plus important.

Elle me fit entrer dans une boutique plutôt étrange mais qui semblait correspondre à ce que je cherchais. Elle poussa la porte et je la suivis de près découvrant un bordel monumental de tissus et de chat. Elle essaya de me parler, nommant la patience, mais fut interrompu avant même d’avoir pu terminer sa phrase. Un homme arriva comme une tornade, esquivant les différentes masses de poils et de tissus entreposé un peu partout avec la dextérité de l’habitude. Je remarquais immédiatement le changement d’expression de celle qui me guidait et compris pourquoi quelques secondes plus tard. L’homme s’arrêta à quelques centimètres du visage de la rousse avant de parler d’une voix pour le moins dérangeante. Elle restait silencieuse, même après qu’il eut parlé une seconde fois et ne semblait véritablement pas à l’aise. Je ne l’étais pas non plus, mais pas à cause de cette désagréable personne. Non, c’était plutôt ce qui se passait en dehors de la boutique qui me dérangeait. J’allais en terminer ici rapidement, puis j’irais m’occuper de ce qui se passait dehors tout en me débarrassant de mon guide. Je fixais donc mon étrange interlocuteur parlant d’une voix froide.

- En effet cela fait partis des projets de notre visite, mais avant cela, j’aimerais vous acheter une certaine quantité de tissus de bonne qualité avant de laisser Romain entre vos mains expertes.

Flatterie et don. Il avait tous ce qui fallait et la réponse ne se fit pas attendre.

- MAis Bien sur Chère Cliente que VoUs faUt-il donc ?

Je sortis plusieurs pièce d’or et les lui tendis.

- Une quantité égale de tissus de chaque couleur pour un total équivalent à ce prix.
- HO mais BiEn entEndUs, aVec celA vous auREz de quoi habillé ROMAIN Comme il FAUT.

Je luis tendis une autre pièce.

- Et celle-ci est pour habillé Romain comme il faut cela vous va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romain Erh’La

avatar

Messages : 97
Date d'inscription : 20/07/2015

MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   Dim 27 Sep - 21:49

Mourir. Je voulais mourir. Décéder, me cacher, ne plus exister. Tout sauf ce qui était en train de se produire. Ma cliente sans scrupules venait de se débarrasser de madame Jean-Michel en lui donnant un os à ronger. Et cet os, bien évidemment, il fallait que ce soit moi ! Je n’avais jamais vu de transaction aussi rapide avec cet homme. L’envie de me rendre féminine était tant ancrée dans ses objectifs de vie qu’il s’en tripotait furieusement la moustache en remuant follement sa tête sur son cou flexible. Son air gourmand et son sourire mielleux à notre égard me fit frissonner comme jamais et je préparais tous mes muscles pour affronter ce qui allait venir, comme si j’avais affaire à un combat contre un dragon des glaces ou bien un Dieu lui-même. Sauf qu’ici, mon adversaire était armé de ses aiguilles et de ses doigts insidieux qui vous déshabillaient pour vous transformer en princesse des chats et des morceaux de tissus colorés.

- Vos DEsirs sont des Ordres Très chèRE ClIENte !


Cette phrase sonna pour moi comme la fin de mon existence et je n’eus d’autre choix que d’accepter de suivre ce héron de l’enfer à travers sa boutique maudite. Il m’avait d’ailleurs enserré le bras dans un étau mortuaire et m’entrainait au plus profond de son magasin, loin des yeux curieux. Je m’abstins de foudroyer du regard la femme qui m’avait engagée mais ne me privais pas avec les autres clients du magasin. Qu’ils fuient et fassent perdre le plus d’argent possible à cet immonde et pernicieux femme-homme. Ce dernier donna des ordres à la cantonade, faisant se mouvoir certains de ses employés avec une grâce quasi identique à la sienne. Ces derniers s’éparpillèrent dans l’échoppe comme une nuée d’oiseaux, esquivant les félins et les morceaux de tissus pour s’occuper de la commande de la femme qui m’accompagnait tandis que je me rapprochais inexorablement de la maudite salle d’essayage.

Je me fis enfermer à l’intérieur de cette dernière sans ménagement, crispant la totalité de mon corps tandis que mon bourreau se déplaçait dans la pièce tel un fantôme malsain. Il me jeta plusieurs coups d’œil dans lesquels se lisait une joie qui me retourna l’estomac avant d’enjamber une pile de chats pour trouver le tissu qu’il désirait. Il passa ensuite sa tête par la porte pour appeler l’une de ses disciples. Je songeais pendant cet instant à briser la petite fenêtre en verre fumé pour m’enfuir à travers, changer de ville et de nom et ne plus jamais revenir ici. Je me ravisais et estimais que je pourrais toujours revendre la robe plus tard. Ses créations coûtaient plusieurs pièces d’or, ce qui valait tout de même ces moments d’humiliation.

Pendant plusieurs heures je fus déshabillée, rhabillée, mesurée, manipulées, piquée et j’en passe. Lorsque l’assistante m’apporta un miroir pour me montrer à quoi je ressemblais, je dû me retenir de hurler et d’arracher mes vêtements avant de tuer quelqu’un, voire plusieurs personnes, et de fuir. Je n’exprimais qu’un rictus de dégoût face à mon reflet bien trop féminin. Il m’avait fait une robe que toutes les dames de mon ancienne condition rêveraient d’avoir. Le corset était bleu nuit et serrait désagréablement ma taille, faisant ressortir ma poitrine déjà trop mise en avant à mon gout à cause du décolleté plongeant brodé d’argent qu’on lui avait affublé. La jupe quant à elle était un amoncellement de volants ridicules qui devaient très certainement suivre un motif que je ne comprendrais certainement jamais. Je me forçais à remercier la jeune femme de la voix la moins insultante que j’étais capable d’avoir en ce moment, je pris mes anciens vêtements d’un geste nerveux et m’apprêtais à sortir lorsque le sadique au costume délavé m’arrêta à quelques pas de la porte. Je fus forcée de rester immobile pour qu’il puisse déshabiller ma robe des yeux, la jauger et apprécier ses formes. Enfin, satisfait, il me laissa sortir.

Je traversais la pièce aux chats et aux tissus aussi gracieusement que pouvait le faire un homme engoncé dans une robe de bonne femme. Je marchais sur la queue d’une des bêtes. Cette dernière se jeta sur les jambes de mon bourreau avec le souhait ardent de réduire son pantalon et ses jambes à néant. Je passais la porte de la boutique seule, cherchant ma commanditaire pour fuir le plus vite possible cet horrible endroit.

_________________
Couleur de parole : #99ffff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guide moi pour mes courses ! [PV: Romain Erh’La ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nur-Menel :: Partie RP :: Chaîne de montagne Al'ritua :: Partie Centre :: Nh'Agtrael-
Sauter vers: